De la diligence au taxi, l’histoire impressionnante de la famille Charnu

C'est à travers les collections et l'écriture que Louis Charnu, 87 ans,  exprime ses passions :  son histoire familiale sur 5 générations, et l'histoire de son Grandvaux natal.

0
100
Louis Charnu expose une collection de maquettes d'autocars , toutes des répliques de ceux utilisés par l'entreprise.

Quel phénomène, Louis Charnu. Avec ses 87 printemps, il nous accueille avec jovialité dans les locaux qu’il a occupé durant toute sa vie professionnelle.
Il commence à nous raconter la vie de cette saga familiale de cinq générations, intimement liée à l’entreprise de transport. Créée en 1928 par le grand-père de Louis, prénommé également Louis,  et par son père Roger, cette entreprise a su depuis des décennies, s’adapter aux changements sociétaux et aux attentes de leurs clients. Notre hôte aborde son récit en s’appuyant sur les panneaux explicatifs, qu’il a élaborés lui-même, avec un soin exceptionnel et une écriture remarquable.
« Mon grand-père a travaillé pour le compte de la maison Bouvet qui assurait un service de courrier tiré par deux chevaux ». L’arrivée du tacot a malheureusement contraint à la suppression de ce service, au grand mécontentement des Grandvalliers. Les élus locaux ont donc rétabli cette ligne en la confiant à Roger, père de notre narrateur. « C’est à cette époque-là que mon père et mon grand-père ont réellement lancé l’entreprise de transport en créant la première ligne d’autocar Saint-Laurent-Saint-Claude. Cette ligne a d’ailleurs fonctionné durant 73 ans jusqu’en 2001 ».

Depuis, l’entreprise n’a cessé de se développer.  Louis, notre narrateur, rejoint son père, et avec leurs épouses respectives, ils créent la « SARL Cars Charnu ». Outre le courrier et les lignes régulières, l’entreprise propose aussi des excursions, les premières lancées en 1939 juste avant la guerre.

Les « Cars Charnu »

Bien évidemment, les « Cars Charnu », comme on les appelle dans le Grandvaux, en 90 années d’existence, connaissent des hauts et des bas. Louis aime raconter les anecdotes positives ou négatives, mais toutes inédites. « Pendant la guerre, la ligne de démarcation qui correspondait à la ligne de chemin de fer, partageait Saint-Laurent en deux. Et bien nous, nous avons eu l’opportunité d’acheter une maison en zone libre, où nous avons fait nos locaux. Mais malgré tout, ces années ont été difficiles, car les Allemands étaient partout« . Il se souvient également des années 1950, lors desquelles le matériel, ayant beaucoup souffert, était en piteux état. Mettant en difficulté le redémarrage de l’entreprise. « Nous avons eu un bon pour acheter un car, ce qui nous a permis de repartir« . Il explique comment il échangeait un ou deux gigots de mouton, contre une pièce mécanique. Ou alors comment lors d’un hiver extrêmement rigoureux, le car transportant des voyageurs a fait 200 mètres en 40 minutes. « Même pendant les hivers particulièrement froids, parfois -20°C, nous avons toujours roulé même en prenant des risques mais toujours sans encombre. Ce serait aujourd’hui on nous en empêcherait« , sourit-il.

Depuis les années 1950 et durant une bonne décennie, l’activité régresse. « Les gens achetaient des voitures, et ne prenaient plus le car« . Alors une nouvelle fois, les gérants s’adaptent et Louis fait auto-école et ambulance. Plus tard, surfant sur les nouveaux modes de vie des gens et leurs envies de voyager, les Cars Charnu développent tout un programme d’excursions, de plus en plus lointaines et de plus en plus diversifiées. Mais c’est dans les années 90 avec l’arrivée de ses enfants Jean-Michel et Catherine au sein de l’entreprise, qu’est née « L’Evasion grandvallière » invitant encore plus au voyage et au dépaysement. « On a innové même dans ce domaine en lançant les excursions « surprise ». Nos clients ont adoré et certains les ont toutes faites« . Pour sa part, Louis compte 128 excursions sur une journée ou une demi-journée, des dizaines de voyages en France et à l’étranger, et 19 croisières.

De générations en régénérations…

Quelques années plus tard, Jean-Michel développe une société de taxis qu’il poursuit encore aujourd’hui, Catherine conserve les excursions et voyages, activité qu’elle abandonne suite à la maladie de son époux Yves.
Mais l’histoire ne s’arrêtera pas là car la 5e génération arrive avec les fils de Jean-Michel, Clément, Béranger et Louison.
Quant à Louis, il profite bien entendu d’une retraite amplement méritée, mais il n’en est pas moins inactif, bien au contraire.
Après avoir consigné toute l’histoire de sa famille sur des grands panneaux, il archive, se documente et écrit sur l’histoire du Grandvaux. A ce jour ce sont 120 panneaux détaillés qui retrace cette histoire locale. Parmi eux, celui qui évoque la guerre de 1870. « Savez-vous combien de Prussiens étaient installés à Saint-Laurent ? Et bien je vais vous le dire : il y en avait 140 000, et 14 000 à Bonlieu« . Louis a également été le président fondateur en 1975 de l’association « Les Amis du Grandvaux ». L’association œuvre toujours à la sauvegarde du patrimoine grandvallier.
Quant à Jean-Michel, il est aujourd’hui président de la Chambre des Métiers du Jura.

Pascale Négri

Louis Charnu est un narrateur exceptionnel, lorsqu’il s’agit de parler de l’histoire familiale ou de celle du Grandvaux.
Une centaine de cars ont été la propriété de la SARL Cars Charnu, devenue ensuite Evasion grandvallière. Louis montre ici toutes les photos de ces cars.
En 1928, les cars de la famille Charnu assuraient le courrier et les lignes régulières. Ici la boite aux lettre qui se trouvait dans le premier car.

 

 

 

 

 

 

Louis Charnu est un infatigable passionné de son histoire familiale et de l’histoire du Grandvaux.