Champagnole & Région. Rémi Hugon succède à Clément Pernot

Le sénateur a dû démissionner de la présidence de la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura. Le premier vice-président assurera l’intérim dans l’attente des élections en mai.

0
493
Clément Pernot a présidé samedi 20 avril son dernier conseil communautaire.

« Je vous informe que c’est la dernière séance que je préside pour cette mandature, a annoncé Clément Pernot, devant les élus communautaires de Champagnole Nozeroy Jura. Vous recevrez prochainement tous les détails sur le recours. Vous comprendrez l’inutilité de certains agissements. »

Ayant gagné aux sénatoriales, le Jurassien a dû démissionner du conseil municipal de Champagnole, de la présidence de la communauté de communes et de celle du conseil départemental. Il conserve uniquement son mandat de conseiller départemental. « Le conseil départemental me permettra de garder un œil bienveillant sur le canton de Champagnole. »

Président depuis 2008

« Il me revient le devoir et la chance de te dire merci pour ton implication », a enchaîné le premier vice-président, désormais président par intérim, Rémi Hugon. L’élu a rappelé la vice-présidence à l’économie de Clément Pernot en 2003, sa présidence depuis 2008 (communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura entre 2008 et 2016 puis communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura). Il l’a remercié pour les investissements structurants, d’avoir conservé la capacité d’investissements…

« De grands projets ont été réalisés sous ton mandat, a listé Philippe Wermeille, vice-président en charge des finances et de l’aménagement numérique. Le centre aquatique, le bâtiment Jouef, six groupes scolaires, le déploiement de la fibre, la DST relance, soit 24 millions d’euros initiés. » Tout ceci, sans compter la maison de santé, les bâtiments industriels, pour les associations, les micro-crèches…

« Tu es un homme convivial, de convictions, qui sait garder le cap et dire non, un homme de dialogue, visionnaire avec beaucoup d’idées sur l’avenir, homme-orchestre, festif… », a vanté Rémi Hugon.

Clément Pernot a voulu « partir en laissant une trame de comportements. On a connu des étapes compliquées. Il faut parfois s’oublier dans nos fonctions de maire pour le bien commun. Il faut des fois revendiquer. Il faut conserver cela ! »

Déménagement du laboratoire

23 500 habitants au sein de la communauté de communes, « c’est une taille qui peut être idéale si on respecte le dogme de ne pas se noyer dans le fonctionnement. Avec nos grossissements successifs, on a gardé notre capacité d’investissements. » Clément Pernot a également rappelé que le territoire est « attractif avec des projets qui vont prendre forme : l’installation du laboratoire à côté de la maison de santé et une parapharmacie envisagée, un réseau de chaleur sur les rails… »

Il a enfin remercié la centaine d’agents et plus particulièrement Olivier Beaune – « Je m’en veux de l’avoir tant sollicité » – et Antoine Gindre – « Je lui ai fait la cour longtemps, il a mis du temps à dire oui ». « Ils constituent une équipe solide pour l’avenir. »

Quant à Rémi Hugon, qui assure l’intérim, « il a été le rempart essentiel à un dossier qui aurait pu être une catastrophe : l’abattoir. Aujourd’hui, ça semble être un dossier d’excellence. J’espère avoir le ministre pour l’inauguration ».