Pont du Navoy : le maillon faible rénové

Le vieux et étroit pont sur la rivière d’Ain sera rénové à l’automne 2022 par le Conseil départemental du Jura. De quoi permettre enfin son franchissement pour la voie douce Champagnole-Chalain.

0
669
Le pont très fréquenté relie Champagnole à Lons-le-Saunier. Crédit PRA via Wikimedia Commons

Depuis plusieurs années, un ambitieux projet de voie douce a jeté un pont entre Champagnole et Chalain, à l’initiative de la Communauté de communes Champagnole-Nozeroy-Jura. Objectif : permettre aux piétons, cyclistes et plus généralement ce qui roule en mode ‘vert’ de relier la capitale champagnolaise depuis l’épicentre touristique du pays des Lacs ou vice-versa. C’est ainsi que de gros aménagements ont été effectués entre la sortie de Champagnole et Crotenay via l’ancienne piscine de l’Angillon.
Seul hic : le pont situé à Pont du Navoy, dont le calibre datant de l’époque napoléonienne laisse à peine passer deux voitures de front. Des problèmes d’étanchéité ont également été relevés sur le vénérable ouvrage du XVIIIe siècle, suite à une étude diligentée par les services techniques du Conseil départemental du Jura : c’est ainsi que ce dernier a voté mi-décembre dernier une enveloppe de deux millions d’euros sur deux ans (dont 700.000 au titre de l’année 2022) pour engager la réfection dudit pont.

Ne pas impacter la saison estivale

Selon le Conseil départemental, les travaux devraient commencer à l’automne 2022 pour s’achever au printemps 2023, de façon à ne pas impacter la saison estivale. Car qui dit travaux dit nuisances, et c’est ce qui inquiète les habitants des villages alentour : Monnet la Ville, Montigny sur l’Ain, Mont sur Monnet, etc.
Si à l’heure actuelle, il faut 3 minutes pour accomplir les 2,5 kilomètres séparant Monnet la Ville de Pont du Navoy, il faudrait environ 27 minutes pour les relier via le pont de Champagnole, soit un trajet d’environ 25 kilomètres. Il faut dire que les ponts ne courent pas les rues dans le secteur, l’autre franchissement le plus proche étant situé à Chatillon, près du restaurant « Chez Yvonne ». Serait-il possible de maintenir une voie de circulation ouverte durant une partie des sept mois de travaux ? Les services techniques du Département, déjà contactés par les maires des communes les plus concernées, auront à plancher sur le sujet…
En attendant, la voie verte ne désemplit pas lorsque le temps s’y prête, il suffit d’observer les cyclistes, poussettes et rollers dans la ligne droite menant à Taravent pour s’en convaincre.