Rubrique. Le chiffre de la semaine : 5

0
201

5. C’est le nombre de condamnations que les services vétérinaires de l’État enregistrent en moins d’un an !
Vous souvenez-vous de Thomas, enquêteur courageux de L214 ? En 2021, il avait infiltré les services vétérinaires de l’abattoir Bigard de Cuiseaux (71) rapportant des images profondément choquantes, telles que des vaches suspendues vivantes et conscientes à la chaîne d’abattage, entre autres…
Thomas a mis en lumière les lacunes béantes des services vétérinaires, le manque de personnel, les contrôles sporadiques, et de nombreuses infractions à la réglementation.
« Nous avons porté plainte contre l’État pour manquement à sa mission de contrôle de l’application de la réglementation. Après presque trois ans d’attente, le délibéré est enfin tombé » indiquait L214 en fin de semaine dernière.
Ainsi, le tribunal administratif de Dijon a condamné l’État pour les carences fautives de ses services vétérinaires dans leur mission de contrôle de cet abattoir.
Après les abattoirs de Mauléon-Licharre, Rodez, Briec et Le Faouët, voici donc la cinquième condamnation des services vétérinaires de l’État, en moins d’un an…