Impôts : les nouveautés du cru 2022

Suite à une année 2021 hors norme, il ne faut pas louper certains particularismes et à l’inverse tomber dans certains petits pièges. Petite sélection sans jargon administratif.

0
293

2021 restera à jamais marquée par le sceau du Covid et du « quoi qu’il en coûte », mais justement que vont vous coûter certaines largesses de l’Etat dit ‘providence’ ? Et bien la plupart de ces aides perçues pour compenser une partie des pertes liées au Covid ne seront (heureusement) pas à déclarer.

A commencer par la prime dite ‘Macron’, versée par certains employeurs pour compenser les efforts exceptionnels réalisés au cœur de la pandémie. Ces sommes (1.000 € maximum) resteront donc nettes de frais dans votre poche.

Il en va de même pour la prime dite ‘Covid’ attribuée à leur personnel par les hôpitaux, mais aussi des établissements privés de santé ou du secteur social. Cette prime maximale de 1.500 € reste également dans votre poche, nette d’impôts.

Pour le télétravail, les choses se compliquent un peu plus. Lorsque des employeurs ont versé une allocation pour permettre à leurs collaborateurs de télétravailler à leur domicile, ces frais professionnels sont exonérés d’impôts pour un montant maximal de 550 €. Plus précisément dans la limite de 2,5 € par jour de télétravail à domicile (soit 50 € maximum pour un mois comprenant par exemple 20 jours de télétravail). Cette « tolérance » de l’administration est levée pour ceux qui ont opté pour les frais réels déductibles : dans ce cas, les frais relatifs au télétravail à domicile sont pris en compte sans cette limite.

A côté de ces petits « cadeaux » fiscaux, certains pièges restent à éviter :

– Se fier totalement à la déclaration automatique de revenus. Certes, cette année, elle concerne près de 12 millions de contribuables et prend en compte de nouveaux paramètres : naissance, adoption et recueil d’un enfant mineur. Mais les pensions alimentaires par exemple, n’y figurent toujours pas de même que les réductions d’impôts, etc.

– Pour les travaux de rénovation énergétique, le CITE a disparu au profit de MaPrimeRénov depuis le 1e janvier 2020. Mais si les devis ont été acceptés ou si un acompte a été versé en 2019 ou en 2020, le montant des travaux peut et doit être indiqué sur le formulaire 2042 RICI.

– Pour les frais de garderie des jeunes enfants, seules les chères têtes blondes de moins de 6 ans au 1e janvier 2022 sont concernées par la réduction d’impôts qui se monte à 50 % des dépenses (dans la limite de 2 300 € par enfant).

– Pour les parents isolés, une demi-part supplémentaire pour le premier enfant s’offre à vous…si vous cochez bien la case T. En cas de garde partagée, une majoration d’un quart de part vous sera allouée (pour les deux premiers enfants).

Les copies seront relevées par le fisc avant le mardi 24 mai 2022 pour les habitants des départements 01 à 19 ; le mardi 31 mai 2022 pour ceux des départements 20 à 54 ; et le mercredi 8 juin 2022 pour les contribuables résidant dans les départements 55 à 976.

La rédaction

Les abonnements presse à – 30%

Le « quoi qu’il en coûte » a aussi bénéficié à la presse, puisque la crise sanitaire a conduit le Parlement à voter un crédit d’impôt tout à fait exceptionnel : pour tout premier abonnement (durée minimale de 12 mois), à un journal entre le 9 mai 2021 et le 31 décembre 2022, 30% de l’abonnement annuel sera pris en charge par les finances publiques ! Un coup de pouce…à condition de cocher la case 7PA, « premier abonnement à la presse d’information politique et générale » à la rubrique « réductions et crédits d’impôt ».