Jura. Finales départementales de football : une belle fête, colorée et populaire !

Bien qu'ayant évolué à 10 durant plus de la moitié de la rencontre, Beaufort a remporté la Coupe Sport 2000 / Crédit Mutuel, 2 à 0 face à Saint-Aubin. Champagnole (B) s'est, pour sa part adjugé la Coupe du Département, 4-1 après prolongations, contre une valeureuse équipe de Macornay.

0
504
Une fête colorée et populaire.

Joueurs, dirigeants, supporters, famille et amis, tous s’étaient donné rendez-vous samedi dernier au stade municipal d’Arbois pour assister aux deux prestigieuses finales départementales de foot.

Passion partagée…

 

Sur place, une marée humaine conviviale, des chants, des fumigènes, des sourires : bref, de la cohésion et de l’humanité. Même entre adversaires ou supporters rivaux. De quoi nous émouvoir positivement, à l’heure où la division semble majoritairement régner…
Le premier match opposait Saint-Aubin à Beaufort. Sur le papier, les joueurs de la région doloise semblaient plutôt favoris. Mais la vérité du rectangle vert a affiché un tout autre visage. Malmenés, bousculés, parfois maladroits, trop souvent battus dans les courses surtout, les Saint-Aubinois ne sont pas parvenus à développer leur jeu habituellement si fluide. Logiquement, au terme du premier quart d’heure de jeu, Beaufort déflorait le tableau d’affichage grâce à un tir lointain et plongeant de Robert Istoc (1-0, 17ème).
On pensait que ce n’était qu’un coup du sort, et que les hommes de Jordan Richard allaient rapidement relever la tête pour revenir au score.
Ce fut le scénario inverse qui s’est finalement produit. Puisque d’une magnifique reprise de volée en pleine lucarne, Lois Chanussot doublait la mise à la demi-heure de jeu (2-0, 31ème).
Sonnés, les Saint-Aubinois retrouvaient quelques raisons d’espérer lorsqu’à quelques minutes de la pause, Beaufort se retrouvait à 10. La seconde période s’annonçait donc particulièrement intense…

 

En seconde période, Saint-Aubin accélérait et dévorait les espaces.

Une gestion du score opportuniste

Intelligemment, patiemment, Saint-Aubin posait le pied sur le ballon. Passant d’une aile à l’autre, accélérant, provoquant les décalages, tentant de trouver la solution dans les espaces… Mais il manquait toujours un petit quelque chose pour s’offrir le chemin vers l’ouverture.
Paradoxalement, bien que recroquevillés en défense, les hommes de Gilles Gavand s’offraient de belles opportunités en contre-attaque. Plusieurs fois, les noirs et blancs possédaient la balle du KO au bout du pied. Mais qu’il s’agisse d’un côté ou de l’autre, plus aucun but ne sera marqué.
Ainsi, logiquement au vu de sa prestation aboutie, Beaufort gérait sa fin de match, savourait le coup de sifflet final libérateur, et à l’issue du protocole, pouvait laisser éclater sa joie en brandissant la Coupe Sport 2000 / Crédit Mutuel, dans le ciel d’Arbois.

 

Au terme d’une prestation consistante, Beaufort a remporté la Coupe Sport 2000 / Crédit Mutuel.

 

 

Champagnole sur le toit du Jura !

 

Maitrise et patience ont été les deux ingrédients victorieux pour Champagnole.

 

Le match suivant opposait, pour le compte de la Coupe du Département, les deux meilleurs élèves de l’élite départementale. Le leader Champagnole (B) et son dauphin Macornay. Deux équipes qui évolueront l’année prochaine à l’échelon supérieur de la Régionale 3.
Là encore, le début de match ne fut pas conforme à ce que laissaient pourtant présager les statistiques de ce duel au sommet.
Galvanisés par leur meneur de jeu Dieziger, étincelant dans l’animation offensive et la justesse de sa distribution, ce sont bien les rouges de Macornay qui prenaient le jeu à leur compte.
D’un retourné acrobatique magistral, Simon Grospierre médusait la défense champagnolaise et ouvrait le score de la plus idéale des manières au quart d’heure de jeu (1-0, 16ème).
Cueillis à froid, les représentants de la Perle du Jura jetaient alors toutes leurs forces dans la bataille. Sans pour autant asseoir leur domination, les deux formations se neutralisant souvent en milieu de terrain jusqu’à la pause.

 

Les rouges de Macornay prenaient le jeu à leur compte.

Le tournant du match à l’heure de jeu

Plus vaillants dès la reprise, les joueurs de Jorge Ferreira de Freitas, semblaient peu à peu s’emparer des commandes de la partie.
Comme souvent en football, c’est à l’heure de jeu, que le match se décantait.
Aubin Chambard égalisait (1-1, 61ème). Mais surtout, Macornay se retrouvait en infériorité numérique dans les instant suivants. Les mouches venaient de changer d’âne…
Théoriquement, Champagnole aurait du obtenir sa victoire lors de la demi-heure restante. Mais face à une équipe de Macornay particulièrement combattive, il aura fallu jouer les prolongations pour aller l’arracher !
Quelque peu à la peine physiquement après plus de 90 minutes âprement disputées, le onze de Guillaume Chassot cédait progressivement du terrain.
Les vagues champagnolaises déferlaient et Chambard, d’une soudaine frappe sous la transversale, signait un doublé à la 102ème minute, libérant comme un seul homme la marée verte des supporters.
Dès lors, le déséquilibre s’accentuait et Bailly Bazin creusait l’écart par deux fois (3-1, 114ème, 4-1, 120ème).
La messe était dite.
Dès la fin du match, le stade pouvait s’enflammer pour honorer la réserve champagnolaise, plus que jamais, triomphante, sur le toit du Jura.

 

Champagnole célèbre sa victoire.