Large mobilisation à Saint-Claude contre la réforme des retraites

Un jeudi de protestation à marquer dans les annales du Haut-Jura.

0
650
La rue du Pré est noire de monde.

A l’appel de tous les syndicats, pour la première fois depuis longtemps, une large mobilisation depuis les premières manifestations pour la sauvegarde de l’hôpital a eu lieu à Saint-Claude, comme au plan national en ce jeudi 19 janvier 2023, contre la réforme des retraites de la première ministre Élisabeth Borne. La mobilisation a été très forte dans la capitale du Haut-Jura, 800 manifestants pour la police, 1500 pour les syndicats, et ainsi la vérité doit tourner autour des 1200 personnes battant le pavé de la ville, ce qui est une belle réussite pour les syndicats. On a pu remarquer dans le cortège, la présence de toutes les catégories d’âge, des jeunes, des moins jeunes et des anciens en grand nombre, ainsi que pas mal de manifestants descendus des montagnes récemment enneigées, vent debout contre le recul de l’âge de départ en retraite, qui selon certains va fortement frapper de plein fouet l’ensemble du monde du travail, et particulièrement ceux qui ont commencé à travailler tôt.
Un syndicaliste d’ailleurs de nous glisser à l’oreille : «Si le gouvernement voulait savoir s’il y aurait du monde dans les rues, c’est un coup de maître… ».

Quelques propos saisis le long du cortège…

Parmi les manifestants, Florence 40 ans qui est professeure en collège, explique que «la retraite cela paraît encore loin, et à force de repousser l’âge de départ, je me vois mal venir en cours en déambulateur devant les élèves, car c’est  déjà compliqué maintenant, alors plus tard, je n’en parle même pas ».
Pour Louise  des Rousses étudiante de 21 ans en droit à Lyon, venue manifester à Saint-Claude, «manifester c’est dire non à la réforme. La retraite c’est faire des choses que l’on n’a pas pu faire avant en travaillant, mais il faut être en bonne santé. Si on repousse à chaque réforme de 2 ans l’âge de départ cela va être très difficile et on va finir comme aux États-Unis à travailler encore à 68 ans et plus. Je m’y vois mal ! C’est pourquoi je suis contre cette réforme…».