Une exposition à ne pas rater au musée de Lons

« Néolithique. Les villages de Chalain & Clairvaux, patrimoine de l’humanité » est prolongée jusqu’au 28 février. Les objets montrés sont présentés pour la première fois.

0
134
Lors de la dernière visite, le public était nombreux et s'est montré très intéressé par la visite guidée.

C’est une exposition assez importante pour le musée de Lons car c’est la première fois que les objets présentés sont sortis de leur lieu de conservation pour être montrés. « Néolithique. Les villages de Chalain & Clairvaux, patrimoine de l’humanité » propose de découvrir des objets de l’extrême quotidien. Ils permettent de découvrir la période à la fin de la Préhistoire, quand démarrent l’agriculture, l’élevage et la construction.
L’exposition retrace des scènes de vie en très grand format.
Lors de la visite guidée, la spécialiste rappelle que le site de Chalain a été découvert au milieu du XIXe siècle et celui de Clairvaux au début du XXe ; qu’ils datent du Néolithique et qu’ils ont été redécouverts dans les années 1970 lors des aménagements touristiques. Les fouilles se sont terminées en 2010, autrement dit le musée possède une conservation exceptionnelle de ces objets abandonnés. Certains vont jusqu’à parler de caverne d’Ali Baba ! Les archéologues ont expérimenté les maisons de cette période dans les années 90. Leurs études scientifiques ont été amplifiées par le classement Unesco il y a dix ans qui implique une inscription au patrimoine mondial.
Dans la première salle, un jeu permet aux visiteurs de classer les aliments produits par la nature, chassés, pêchés, cueillis et ceux produits par l’élevage fait par l’homme. Ainsi, les archéologues ont découvert par exemple que les hommes cuisaient mal le poisson dans des restes de leurs excréments.

Vêtements, vaisselle, traction animale…

Dans la deuxième salle, se trouve une maquette d’une maison sur pilotis et des objets inventés anciennement, mais tellement pratiques qu’ils traversent le temps : la hache, la louche… Le visiteur apprend que la culture était possible pendant trois ans maximum et que lorsque les champs devenaient trop éloignés du village, la population se déplaçait vers une autre zone à défricher. La durée d’occupation d’un village était alors de dix ans en moyenne. Il découvre encore que la technique de la faisselle dans le Jura n’apparait que vers moins 3000. Pour fabriquer sa farine, il faut compter entre quatre et huit heures par jour selon sa famille. Tenues vestimentaires, vaisselle en terre cuite, première traction animale… retiennent encore l’attention. Cette exposition est décidément à ne pas rater !

Prochaine visite guidée gratuite le mercredi 8 décembre à 15 h 30. Plus d’informations au 03 84 47 88 49, sur www.lonslesaunier.fr/les-musees et sur www.facebook.com/museelons