Une belle 44ème Transjurassienne, épargnée par les conditions climatiques

Dans un parcours de repli difficile mais sous le soleil !

0
624
Le départ de la première vague dès 9h30. On reconnait Simon Desthieux l'ex-biathlète retraité avec le dossard 3.

Certes les années se suivent, mais ne se ressemblent pas forcément.
En effet l’année passée à cette époque Quentin Fillon Maillet faisait vibrer toute la France en rentrant dans le cercle fermé des champions olympiques français, et mettait sous les feux de la rampe le Ski Club de l’Abbaye et son petit village de Saint-Laurent en Grandvaux. Cette année rien de tout cela et c’est plus calme. Néanmoins après la réussite de la manche française des Championnats de Monde de ski de fond aux Tuffes de Prémanon, se profilait dans la foulée le week-end dernier l’inusable Transjurasienne.
Or les dernières conditions météo ne permettaient pas de courir sur le parcours complet initial de Lamoura à Mouthe. Il a fallu donc faire disputer l’épreuve sur le parcours de repli, avec une arrivée aux Rousses et une course réduite en un marathon de 50 km.
Cependant près de 4 000 participants ont arpenté les splendides paysages des Montagnes du Jura, pour cette  44e édition de La « Transju »’ sous un soleil éclatant, pour un succès populaire incontestable.

De nouveau la Transjurassienne en fête…

Malgré tout cela, la neige dans l’ensemble du parcours était de très bonne qualité et surtout plutôt rapide, et sous le soleil. Le départ de Lamoura était échelonné par vague à partir de 9h30, système apprécié des coureurs, car évitant bouchons et bousculades. L’arrivée aux Rousses derrière l’Office du Tourisme au départ des pistes de fond a permis aux nombreux spectateurs présents de bien vivre le final disputé au sprint.  A ce jeu-là c’est le suisse Jason Rüesch  qui devance en moins de 2 heures les français Maurice Magnificat et Arnaud Chautemps pour les garçons et Coralie Bentz qui s’impose chez les filles, devant  sa compatriote Emilie Bulle et l’américaine Katie Feldman.
Les sourires et la joie de tous les spectateurs et coureurs le long du parcours et dans l’aire d’arrivée, ainsi que les larmes de bonheur ou de tristesse, les bénévoles ravis, tout était réuni pour faire de l’évènement une bien belle fête toujours très attendue…