Un partenariat pour redynamiser et protéger la Grande Saline

Le Département, la communauté de communes et la Ville de Salins vont se réunir au sein d’une nouvelle structure. Elle entrera en action en janvier prochain et portera un tout nouveau projet…

0
393
Les collectivités veulent mener à bien la requalification complète du site délimité dans le périmètre Unesco, avec notamment l’aménagement de la Maison du pardessus, mais aussi la réhabilitation du magasin des sels et de la grande galerie souterraine. Crédit photo : Mizenboîte.

Site patrimonial et touristique majeur du Jura, la Grande Saline de Salins-les-Bains est inscrite depuis 2009 sur la liste du Patrimoine mondial géré par l’Unesco, par extension de l’inscription antérieure de la Saline royale d’Arc-et-Senans.
Devenue propriétaire du site en 1966, après l’arrêt de la production de sel quelques années plus tôt, la Ville de Salins a pu faire aboutir, en 2009, l’aménagement du nouveau musée du sel avec le concours financier de l’Etat, de la Région et du Département pour une première tranche de travaux.
Le site reconfiguré a alors connu pendant plusieurs années une fréquentation annuelle dépassant les 70 000 visiteurs payants. Cette fréquentation a ensuite décliné mais est toujours restée supérieure à 60 000 personnes jusqu’en 2019. A partir de 2019, la fréquentation a de nouveau augmenté (hormis pendant l’épisode pandémique) grâce aux investissements et dépenses de communication mis en œuvre par la Ville ; ainsi, le nombre de visiteurs s’est établi à près de 74 000 pour l’année 2022.
Cependant, l’entretien régulier de ce patrimoine monumental exceptionnel, protégé au titre des monuments historiques et intégré dans le plan de gestion Unesco commun avec la Saline royale d’Arc-et-Senans, constitue déjà une charge financière considérable pour une commune de la taille de Salins, dotée par ailleurs de nombreuses autres richesses patrimoniales (églises, remparts…) nécessitant également des travaux importants.
En outre, l’étude, actuellement conduite par le cabinet In Extenso, prise en charge par l’agence nationale de cohésion des territoires, s’oriente, dans la continuité des précédentes, vers l’intégration de la Maison du pardessus (bâtiment du tournant des 14e et 15e siècles ayant abrité, jusqu’à l’incendie de 2007, le casino reconstruit depuis à côté) comme point de départ d’un nouveau parcours de visite, ce qui impose sa réhabilitation complète.

Un projet de réaménagement de 16 M€

Dans ce contexte, la municipalité de Salins a pris l’attache du Département et de la communauté de communes Arbois Poligny Salins Cœur du Jura, intéressée au titre de sa compétence tourisme, pour réfléchir à la mise en place de la structure qui permettrait de donner à la Grande Saline les moyens nécessaires à son fonctionnement pour en dynamiser la fréquentation de manière pérenne et au lancement d’un concours d’architecte pour mener à bien la requalification complète du site délimité dans le périmètre Unesco (2 ha), avec notamment l’aménagement de la Maison du pardessus, mais aussi la réhabilitation du magasin des sels et de la grande galerie souterraine (longue de 165 m sous une voûte d’une hauteur de 10 m). Ce projet de réaménagement global du site est évalué à environ 16 millions d’euros sur une quinzaine d’années.
Après plusieurs séances de travail entre les trois niveaux de collectivités, suivies de nombreuses échanges avec les services de l’Etat, la formule d’un syndicat mixte ouvert s’est imposée comme la plus pertinente pour assurer la stabilité institutionnelle indispensable à l’ambition du projet.
Afin de pouvoir mettre en place la nouvelle entité en janvier 2024, l’Etat a souhaité l’adoption rapide de ses statuts par les trois collectivités adhérentes. Cette première étape fondatrice de la construction du nouvel ensemble permettra d’avancer dans la suite des travaux préparatoires à la mise à disposition des biens immobiliers et le transfert ou la mise à disposition des personnels communaux dédiés au fonctionnement de la Grande Saline. L’engagement du Département concernera principalement les investissements à programmer sur le patrimoine immobilier de la Grande Saline, domaine où il interviendra à hauteur de 50 %, et de manière plus limitée sur les dépenses relatives au fonctionnement de la structure (à hauteur de 30 %). Les élus ont approuvé à l’unanimité le principe de l’adhésion de leur collectivité.

« Ceux qui s’inquiètent devraient se réjouir »

« Merci pour ce bel aboutissement », a salué Marie-Christine Chauvin, conseillère départementale du canton. « C’est une chance pour Salins. Ceux qui s’inquiètent devraient plutôt se réjouir car sans le Département, rien ne pourrait se faire », a ajouté Jean-Baptiste Gagnoux. « Sans le renfort de cette nouvelle structure partenariale destinée à porter les investissements nécessaires, l’Unesco risquait de retirer la Grande Saline de son classement. C’est dire qu’il s’agit là d’une excellente initiative », a conclu le président, Clément Pernot.

ENCADRE
Séance du Département : morceaux choisis

Aménagement du territoire

« J’appelle à la mobilisation des élus pour faire évoluer la loi ZAN « zéro artificialisation nette ». Les maires, les présidents de comcom, doivent envoyer des courriers pour soutenir les interventions des parlementaires du monde rural qui se bougent », a introduit le président, Clément Pernot.
Cette nouvelle réglementation vise à réduire de moitié le rythme de transformation d’espaces naturels et agricoles en zone urbaine ou commerciale d’ici 2030 et atteindre le « zéro artificialisation nette » en 2050. « Privées de réserves foncières, les collectivités locales se retrouvent entravées. Cette loi ne leur laisse que trop peu de perspectives et va les contraindre à refuser de plus en plus de permis de construire. » Sur sa communauté de communes, le président Pernot en a fait lui-même l’expérience en refusant une activité économique qui allait consommer deux hectares pour trois emplois…

Aéroport

Depuis 2015, le Département a dépensé 20 177 234 € de fonctionnement et 2 112 055 € d’investissement pour financer et administrer l’aéroport. A la fin du mois, s’ajouteront 700 000 € pour le chantier de balisage de la piste. « Le Conseil régional a choisi depuis quelques mois d’abandonner cet équipement relevant pourtant de sa compétence (…). Le Conseil départemental du Jura réfléchit à la création d’une solidarité départementale avec les autres départements pourvoyeurs de passagers. Nous espérons aboutir à la fin du mois. Les Jurassiens ne peuvent plus le payer seuls. »

Bellecin

« Je tiens à rassurer. La base départementale de Bellecin conservera son caractère socio-éducatif. Nous sommes simplement en réflexion afin que ce site soit administré par le meilleur échelon territorial possible. Il en est de même pour la plage. » Ce sujet fera l’objet d’une séance particulière avant l’été.

Clément Pernot.
© Nicolas Logerot / Département du Jura