Un jeudi noir dans les deux commissariats jurassiens !

Les commissariats de Dole et Lons le Saunier seront en service minimum ce jeudi 18 janvier.

0
850
Un jeudi noir s'annonce pour les policiers jurassiens.

« A 6 mois de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024, le dispositif de sécurité publique n’est toujours pas prêt, à l’image des policiers du Jura qui n’ont aucune visibilité sur les projets de l’administration à leur égard. Si l’on se doute que le département devra se séparer d’effectifs de Police Nationale pour renforcer Paris, on ne sait ni quand, ni combien, ni comment. Le seul élément dont on dispose et, que l’on conteste fermement, est le taux de présence, sous entendu l’impossibilité de partir en congés, relevé de mai à septembre 2024 et dont certaines périodes estivales prévoient une impossibilité totale de solliciter le moindre congé. Pour nous, ces contraintes couplées à l’incertitude ne sont pas entendables… » explique Étienne Piton, Délégué départemental adjoint du Jura, Alliance Police Nationale.

« On nous obligeait à être présent, simplement pour être présent… »

Il faut dire que pour la coupe du monde de rugby 2023, alors même que le Jura n’était pas du tout concerné par l’événement, les effectifs de police jurassiens actifs, techniques, scientifiques et administratifs avaient dû, pour motif de « solidarité nationale » envers les autres services, restreindre leurs départs en congés !
« Pour nous, cette situation était difficilement compréhensible. On nous obligeait à être présent, simplement pour être présent… » déplore le syndicaliste. Lequel ajoute :
« D’autant que nous avions déjà été fortement mobilisés pour les attentats, les gilets jaunes, la crise sanitaire, les manifestations contre la loi travail et la réforme des retraites ainsi que les émeutes de l’été 2023 qui ont fait plusieurs blessés parmi les policiers et gendarmes du Jura ».
Cette sursollicitation des dernières années vient ainsi alimenter un profond sentiment d’exaspération pour les forces de l’ordre. Une exaspération amplifiée par une absence totale de visibilité et des heures de congés à récupérer qui s’accumulent.

Étienne Piton, Délégué départemental adjoint du Jura, Alliance Police Nationale.

Une impossibilité totale de prendre des congés durant la période estivale

Au nom de ceux qu’ils représentent, Étienne Piton dénonce par ailleurs l’opacité qui entoure les Jeux Olympiques.
« On ne sait rien, on ne nous dit rien…
Si l’on comprend que l’ampleur de l’événement imposera le renfort de la région Parisienne, on refuse pour autant l’impossibilité totale de prendre des congés durant la période estivale. D’une part, parce que cela signifie pour certains ne pas pouvoir bénéficier de vacances en famille et d’autre part, parce que la gestion des enfants peut devenir un véritable casse tête !
Comment fera un parent isolé, sans famille à proximité ou assistante maternelle, pour faire garder ses enfants alors qu’on lui demandera de partir à Paris pour plusieurs semaines ? ».
En l’état, aucune solution n’est proposée par l’administration pour permettre l’organisation sereine de la mobilisation de plusieurs dizaines de milliers d’effectifs pour les Jeux.
Et de s’interroger :
« Combien d’entre nous devrons partir ? Comment motiver les agents à être volontaires ? Que se passera t-il en cas d’absence de volontaires ? Combien de temps devrons nous quitter notre domicile familial ? Dans quelles conditions de transport, logement, restauration ? Les fonctionnaires ont le droit de savoir et doivent avoir du temps pour s’organiser et s’y préparer ».

Des inquiétudes pour la sécurité des Dolois et des Lédoniens !

Enfin, le policier dolois l’affirme clairement :
« Nos inquiétudes sont également tournées vers la sécurité des Dolois et Lédoniens.
Si nous partons en renfort à Paris, qui assurera la sécurité des personnes et des biens dans nos villes ? Les gendarmes ? Avec quels moyens humains, matériels ? Pour quelles missions ? Avec quelle répartition entre Police et Gendarmerie ? »
Autant de questions restant, pour l’heure, sans réponse…
« C’est pour faire entendre nos revendications qu’Alliance Police Nationale a décidé d’un jeudi noir national, ce 18 janvier 2024. Des actions seront menées à Dole et Lons le Saunier, et le service au public sera à minima. En clair, nous n’interviendrons qu’en cas d’urgence et nous ne ferons pas de travail d’initiative » conclut-il.

Dès cette nuit à minuit, le commissariat de Dole a été symboliquement fermé au public durant quelques minutes.

Symboliquement fermé au public !

Dès cette nuit à minuit, le commissariat de Dole a été symboliquement fermé au public durant quelques minutes.
« L’objectif était double : exprimer notre mécontentement (pour l’ensemble des raisons évoquées précédemment) et faire comprendre que les J.O. auront sûrement un impact négatif sur la sécurité publique dans le Jura, sans que l’on sache encore de quelle manière » détaille Alliance Police Nationale.