Trois questions à Stéphane Hardy

"L’incertitude révèle la faiblesse de l’homme qui n’ose pas, alors j’ai osé !"

0
141
Stéphane Hardy.

Stéphane Hardy, vous êtes sous-officier tradition du 511ème Régiment du Train. En quoi consiste exactement votre mission ?
Si les traditions se fondent sur le passé, elles sont sans cesse enrichies d’actions successives menées par les corps. Il est donc nécessaire de faire vivre les traditions qui doivent être vivantes et passionnantes. J’ai plusieurs missions. La première est de connaître et de faire connaître l’histoire et les traditions de mon régiment, puis d’entretenir et d’enrichir notre salle d’honneur, dans laquelle sont présentés tous les objets historiques liés aux nombreuses opérations extérieures ou intérieures, rapportés par le personnel du régiment. Je suis en charge également de guider les visites, que cela soit aussi bien pour le personnel militaire que civil. A ce titre, je me dois de connaître l’histoire du patrimoine historique dans lequel le régiment est implanté. Enfin, en tant que guide conférencier militaire, je travaille en liaison avec la mairie de la ville d’Auxonne et l’office du tourisme lors d’évènements particuliers (journées européennes du patrimoine, etc.).

Vous êtes spécialisé sur la jeunesse militaire du jeune Napoléon Bonaparte (qui fut en garnison à Auxonne de 1788 à 1791), et venez de rédiger un ouvrage relatant ses nombreuses aventures et anecdotes locales. Pouvez-vous nous citer quelques-unes des meilleures ?
Effectivement, je viens d’écrire un livre sur la jeunesse militaire de Bonaparte à Auxonne durant son séjour de 3 ans. Il m’a semblé opportun de « remettre l’église au centre du village », c’est du langage militaire, ce qui veut dire qu’il faut quelques fois que des faits soient mieux racontés, mis plus en avant.
C’est véritablement en passionné que j’ai écrit ce livre car l’histoire n’appartient à personne et c’est véritablement une nécessité que le public connaisse la jeunesse militaire du futur Empereur au sein des Cazernes de la garnison de la ville d’Auxonne. C’est la maison d’édition SOTECA qui m’a publié, maison d’édition très connue et spécialisée sur le 1er et second Empire. C’est un voyage temporel, passionnant et exaltant que je propose au lecteur, car il n’aura de cesse de se rendre à Sainte-Hélène puis à Auxonne, d’y vivre de très nombreuses aventures durant ces 3 années, de comprendre la détresse de cet homme emprisonné sur cette île. La particularité de ce livre est que je l’ai rédigé à la première personne du singulier de telle sorte que le lecteur se trouve à la place de Bonaparte. L’incertitude révèle la faiblesse de l’homme qui n’ose pas, alors j’ai osé !
Sans révéler, bien entendu, la totalité des surprises qu’attendent le lecteur, ce dernier pourra vivre le duel que Bonaparte eut sur le rempart Sud de la tour du Signe ou Cygne, lorsqu’il eut à commander, à Seurre, son premier fait d’armes, lorsqu’il aura, par 3 fois, la chance de ne pas mourir, lorsqu’il fut emprisonné par 2 fois, lorsqu’il fut désigné pour être rapporteur d’une étude de jets de bombe, lorsqu’il eut cette rencontre avec le prince de Condé, lorsqu’il jeta sa gourme, etc… Écrit comme un roman, mon livre s’appuie sur des faits historiques vérifiés et rapportés.

Après cet ouvrage totalement novateur, avez-vous d’autres projets pour la suite ? Pour le moment, je reste concentré sur mon livre puisqu’il connait un fort succès. Je recherche des bibliothécaires pour m’aider à la promotion, dans lesquels je pourrai procéder à des dédicaces et remettre des surprises.
J’ai des projets effectivement, le premier serait de pouvoir à ma fin de carrière militaire (octobre 2023) de travailler au sein d’une collectivité territoriale afin de valoriser la présence de Bonaparte à Auxonne (ville Impériale), de relater plus précisément la participation du régiment d’Auxonne à la bataille de Yorktown pendant la guerre d’Amérique en 1781, conserver de façon plus précise les photos, films et autres supports médias de notre régiment (photothèque, vidéothèque), etc.
Enfin, j’aspire à être recruté réserviste pour continuer à servir mon pays et mon régiment.