Bonne année !

0
326

Voilà qu’un nouvel exercice civil s’ouvre devant nous.
Nouvelle année, nouvelle formule, nouvel acte de la grande comédie politicienne tragi-comique, jouée dans le non moins grand théâtre de nos vies, qui a débuté par la traditionnelle allocution d’Emmanuel Macron (particulièrement creuse), et dont l’ouverture se poursuivra durant plusieurs semaines via les habituelles cérémonies de vœux institutionnelles, que de moins en moins d’élus ou de hauts fonctionnaires parviennent à personnaliser, à s’approprier, et à rendre vivantes, à défaut d’être convaincantes pour leur auditoire.
Il faut dire que tout cela apparaît, légitimement, de plus en plus insignifiant et ennuyeux pour la grande majorité d’une opinion publique, devenue au fil des entourloupes successives qu’il lui a fallu subir ces derniers temps, totalement désintéressée sinon désabusée, quand ce n’est pas farouchement révoltée…
Probablement est-ce une bonne chose, qu’il soit aujourd’hui devenu beaucoup moins facile pour nos élites, grâces à quelques images et quelques mots soigneusement préparés (les fameux « éléments de langage » technocratiques), d’inciter à déterminer ce qui est bien et ce qui mal, pour les masses qu’elles ambitionnent de diriger.
Ainsi, le libre arbitre entame son éternel retour. Ce que les élections européennes risquent d’ailleurs probablement de concrétiser, mais nous aurons tout le printemps pour nous y pencher.
Pour l’heure, en ce début janvier, les réjouissances festives terminées, il s’agit surtout de nous réapproprier notre quotidien, de poursuivre l’itinéraire de nos destinées, de travailler à nous améliorer via quelques bonnes résolutions, et si possible de les tenir…
D’ailleurs quelles seront les vôtres ?
Je n’ai pas encore choisi les miennes, mais quoi qu’il en soit, meilleurs vœux à tous.