Haut-Jura. Thibault Bernard ou l’itinéraire du soigneur du rugby

Rencontre avec le soigneur du FC Saint-Claude.

0
481
Thibault le soigneur un membre important du staff d'une équipe de rugby amateure

Thibault, comment devient-on soigneur d’une équipe de rugby ?

J’étais joueur au FCSC Rugby en B, et bien que je me sois fait une luxation de l’épaule en 2023, j’avais repris l’entrainement et j’avais recommencé à jouer. En cours de saison je me suis blessé de nouveau au niveau du genou, et derrière alors le médecin m’a bien fait comprendre qu’il fallait arrêter…, pourtant je n’avais que 26 ans. Mais comme le club du FCSC cherchait aussi des soigneurs pour les équipes B et 1, et comme moi je ne voulais pas arrêter non plus totalement et rompre ainsi avec les copains du rugby, avec Rémi Brosse mon collègue, on est partis faire notre formation de PSC1 (Prévention et Secours niveau1), à la caserne des pompiers de Saint-Claude, que l’on a validée.
Une fois le diplôme attribué, on est partis sur le terrain : Rémi, soigneur de l’équipe A et moi de la réserve.

Quelles sont vos prérogatives ?

C’est le soigneur qui a le droit de dire avec l’arbitre, si le joueur peut ou non rester sur le terrain en cas de blessure ou de choc, c’est nous qui voyons avec lui s’il faut sortir le carton bleu et enclencher le protocole commotion.
On a poursuivi une formation spécifique pour ce type de protocole, les bonnes questions à poser et l’analyse en fonction de la situation. On peut donner les premiers gestes de secours, comme la bombe ou la poche de froid, les straps avant les matchs, les massages aussi avant de jouer.
A notre niveau, il n’y a pas de médecin officiel. Donc s’il vient à arriver un cas grave, c’est à nous d’alerter les pompiers. Il y a aussi l’avant match, la préparation des joueurs, les petits bobos à soigner, les huiles chauffantes à appliquer.
Il y a enfin le côté psychologique, les anxieux, les renfermés, les exubérants, donc il faut rassurer, câliner un peu, réconforter ou même secouer les endormis.
C’est donc bien de connaître les gars et leurs réactions… C’est aussi ce côté-là du soigneur, qui est intéressant.
Mais tout cela n’appartient qu’au vestiaire…