Jura. Revue de presse

0
2834
Photo d'archives.

Les Echos, dimanche 4 février 

« Malgré un effort important en direction de ses producteurs, Lactalis s’est heurté à une fin de non-recevoir de leur organisation, l’Unell. Le leader mondial des produits laitiers a proposé de les rémunérer avec une hausse de 15 euros pour 1 000 litres au mois de janvier et de février 2024, portant ainsi le prix de ce volume de lait de 405 à 420 euros. »

 

Le Parisien dimanche, dimanche 28 janvier

« L’hôpital détraqué de Lons-le-Saunier. Patient décédé dans un couloir, erreurs médicales, manque d’humanité : l’établissement du Jura est sous le feu des critiques. Un collectif contre ses dysfonctionnements vient d’être créé. »

 

Les Echos, mardi 23 janvier

« Les Mousquetaires ont été poussés à ce choix de cession (NDLR à Carrefour) par la crainte que l’Autorité de la concurrence ne considère que, dans les sites concernés, leur enseigne Intermarché se trouve en position dominante. Le groupement d’indépendants présidé par Thierry Cotillard a été échaudé par le fait que, fin décembre, l’institution de la rue de l’Echelle, à Paris, lui a fait comprendre que les hypermarchés de Vals-près-le-Puy (Haute-Loire) et de Lons-le-Saunier (Jura), ainsi que le supermarché de Plouaret (Côtes-d’Armor) – des points de vente acquis de gré à gré dans une précédente opération avec Casino – devraient être revendus.

Cette annonce a ému les adhérents Intermarché qui avaient repris les magasins, changé leur enseigne et se voyaient obligés de faire marche arrière. C’est pour éviter ce type de déceptions qu’Intermarché prend désormais les devants en faisant jouer la clause de substitution prévue dans l’accord négocié avec Casino qui permet de passer la main à d’autres acheteurs. »

Depuis, il serait question que le nouvel Intermarché de Lons soit revendu à Carrefour. Personne ne confirme cette information car si les tractations sont bien engagées, rien n’est signé.

 

Les Echos, vendredi 19 janvier

« Ynsect lance la commercialisation d’un engrais conçu à partir de déjections d’insectes dans son élevage de scarabées Molitor à Poulainville (Somme), près d’Amiens. Mise en service fin 2022, cette ferme verticale de 40 000 m2 et de 40 m de haut devrait permettre au spécialiste français des protéines et de l’engrais à base d’insectes de vendre plusieurs milliers de tonnes d’engrais naturel par an à partir de 2024.

Jusqu’à présent, Ynsect expédiait annuellement une centaine de tonnes d’engrais depuis son autre site français de Dole (Jura). Depuis la Somme, les livraisons sont prévues dans tout l’Hexagone, au Benelux, en Allemagne, en Autriche, en Espagne et en Italie. Ces premières commandes d’engrais devraient représenter 10 % du chiffre d’affaires de la start-up française, qui n’en communique pas le montant. »