L’Édito de Cyril Kempfer : Remaniement

0
434

« Qu’attendez-vous du prochain remaniement ? » interrogeait une célèbre radio nationale à l’heure du dîner, après que l’actualité se soit emballée tout au long de la journée de mardi dernier, à propos du départ précipité de l’ex-locataire de Matignon Élisabeth Borne, au profit de Gabriel Attal.
Une question à laquelle 90% des auditeurs ont répondu : “Cela ne changera rien”.
Parmi les principaux arguments avancés, pouvait-on notamment entendre :
« Pour obtenir un vrai changement, il faut que la France retrouve sa souveraineté et sa puissance. Sa faculté d’agir seule, sans Bruxelles pour diriger sa politique à sa place ».
Ou encore :
« S’il fallait changer quelque chose, cela serait d’abord que nos dirigeants travaillent réellement pour le bien du peuple. Et pas pour leurs propres intérêts ou ceux des petits copains ».
Ou, plus imagé et plus subtil :
« Quand un avion est programmé pour aller à New-York, vous pouvez changer dix fois le commandant de bord, il ira toujours à New-York ».
Voilà qui vient illustrer une salutaire prise de conscience, une farouche volonté de ne plus participer au débat politique (semblerait-il truqué d’avance), que désormais bon nombre de Français partagent et n’hésitent plus à exprimer à haute voix, aux heures de grande écoute.
Il est vrai que les ministres ne font que mettre en œuvre la résultante des arbitrages du Premier ministre. Qui lui-même, ne fait que reproduire ce système avec les choix du président de la République…
En réalité, il fallait montrer que tout change, mais que rien ne change.
Alors finalement, peu importe la distribution des rôles, que le grand spectacle illusionniste continue !
Tâchons juste d’en sourire un peu, et d’en souffrir le moins possible…