Dole : quelles sont les attentes des Dolois en 2024 ?

Les Dolois expriment leurs aspirations.

0
1227

Sur le plan personnel : Une envie d’ailleurs et d’authenticité… 

Tom et May, étudiants :

Tom et May, des jeunes pleinement ancrés dans leur époque se sont fixés une résolution : « J’aimerais d’avantage cultiver mes amitiés par des instants réels, les réseaux sociaux faussent les rapports et je souhaite rencontrer réellement les gens et moins par écrans interposés » explique May. En parallèle, Tom qui aime la découverte souhaite : « des escapades plus nombreuses en 2024 et vivre d’autres modes de vie. »

Ambre et Laura, étudiantes en alternance : 

Étudiantes en commerce, les deux jeunes filles ont travaillé une bonne partie des fêtes dans une boutique du centre ville, si elles doivent réaliser un objectif en 2024, elles sont unanimes : « notre souhait dans cette nouvelle année, c’est d’obtenir notre Bachelor! » assure Ambre. Par ailleurs les deux jeunes filles pointent ce qui selon elles représente un fléau de la société actuelle : « Aujourd’hui tout le monde et nous les jeunes en particulier, sommes trop focalisés sur les réseaux sociaux pour parfois suivre les faits et gestes d’influenceurs souvent très inutiles »

 

 

Bruno Lonchampt et Alain Marchal abordent cette nouvelle année avec le sourire

Regard sur la société : « moins de violence » 

Bruno et Alain, retraités :  

Pour Alain Marchal, visage connu à Dole pour être président honoraire de la société des amis de Pasteur, il témoigne:
« J’ai parfois l’impression que les gens ne savent plus se parler, il y a beaucoup de brutalité dans les mots et les gestes, aujourd’hui j’espère plus de douceur dans les rapports humains. » Il conclut son propos pas une anecdote positive : « Je reviens de Paris où j’ai pris le métro, une jeune fille voyant mon âge m’a proposé spontanément de prendre sa place, cela m’a fait vraiment plaisir »

Bruno Lonchampt, quant à lui espère des changements plus politiques : « J’aspire à un réel retour de la démocratie en France, l’Assemblée Nationale me semble complètement court-circuitée à coup de 49.3. »

Regard sur leur ville : « Dole une ville où il fait bon vivre » 

Dole. 

Vie culturelle

Sébastien Denis, commerçant :

Dijonnais mais Dolois d’adoption, Sébastien explique : « Dole se démarque par une vie culturelle et évènementielle dynamique, seul bémol : je trouve que la rue Pasteur n’est pas assez mise en avant. Si en 2024 je devais formuler une attente pour Dole, ce serait d’impliquer d’avantage les quartiers dans l’organisation des grandes fêtes populaires, comme cirque et fanfare. »

Transport et stationnement

Didier Maitre, retraité :

Didier soucieux du développement de la petite reine, glisse: « en 2024 j’espère une chose, c’est l’installation de rangements et bornes attaches vélos au centre ville, selon moi il n’y en pas encore assez ! »

Patrice Cordier, retraité : à Dole dur dur parfois de se stationner estime Patrice, il s’en explique : « Le parking le long de l’avenue de Lahr est très pratique parce que dans le cœur de ville, il n’est pas toujours simple de trouver une place en particulier lors d’évènements (chat perché, marché de Noël,…). » 

Santé

Patrice apprécie les nombreux services que possèdent Dole mais il regrette : « il y a encore quelques difficultés et des délais à rallonge pour certains rendez-vous médicaux » mais ajoute : « je remarque que la ville fait des efforts sur ce point avec l’ouverture du centre Clémenceau prochainement »

Et finalement quel évènement retenez-vous en 2023 ?

De cette année 2023, Bruno retient avant tout le mariage tout en raffinement du prince héritier Hussein de Jordanie célébré le 1er juin, de son côté Alain garde de son passage à Paris les prouesses des bâtisseurs sur le vaste chantier de la cathédrale Notre-Dame qui a retrouvé sa flèche le 6 décembre. Sébastien gardera en tête notre nouvelle Miss France, Eve Gilles élue à Dijon le 16 décembre : « une reine de beauté, qui par sa coupe de cheveux casse les codes. » Dans l’actualité régionale, Patrice retient la disparition de l’écrivain André Besson le 29 avril.