Quatre premiers investissements du Conseil National de la Montagne sur le Massif Jurassien

0
191
En présence du secrétaire d’État Joël Giraud et d’Annie Genevard, quatre projets sur le Massif Jurassien ont été retenus, sur la partie Ingénierie.

Élue récemment à la tête de la commission permanente du Conseil National de la Montagne, Annie Genevard était heureuse d’accueillir les acteurs, chez elle, comme un symbole de plus dans une journée qui en comptait déjà beaucoup. Mais le Haut-Doubs est plus largement le Massif du Jura est aussi bien représenté dans ce premier volet du plan Avenir Montagne. «  Cette journée était d’abord présentation du dispositif lui-même. Le plan s’articule autour de trois axes : favoriser la diversification de l’offre et la conquête de nouvelles clientèles, accélérer la transition écologique des activités touristiques de montagne et dynamiser l’immobilier de loisir pour enrayer la formation de « lits froids ». Ce vendredi, le plan Avenir Montagnes Ingénierie désignait les lauréats qui bénéficieront d’un appui méthodologique pour bâtir de nouveaux projets », détaille Annie Genevard.

Sept projets du Massif Jurassien étaient présentés

Lancé fin août 2021, ce premier appel avait reçu une réponse de la part de 60 structures. Ce vendredi 8 octobre, 32 d’entres-elles ont été retenues. « Cela donne les moyens aux organismes demandeurs de recruter un personnel nécessaire pour coordonner un projet de développement de la Montagne. Les acteurs ont la volonté d’adapter leur stratégie de développement pour proposer une offre touristique diversifiée et durable. », poursuit l’élue. Sur sept projets du Massif Jurassien, quatre sont lauréats : le Parc naturel régional du Doubs Horloger, le Pays du Haut-Doubs syndicat mixte du Mont d’Or, le Pays du Haut-Jura et les sentiers de grande itinérance de l’Ain, Jura et Doubs. Ce quatrième projet bénéficiera de 60 000 euros par an pendant deux ans. Un moyen de mettre en place un projet tout au long du parcours d’itinérance transjurassienne avec un système d’aménagement expérimental d’aires de convivialité, de bivouac ainsi que de chalets-refuges.

En présence du secrétaire d’État Joël Giraud et d’Annie Genevard, quatre projets sur le Massif Jurassien ont été retenus, sur la partie Ingénierie.

Un deuxième volet en 2022

« Le Massif du Jura croit en son avenir, les différents acteurs se sont très vites saisis de ce plan pour présenter des dossiers sur l’ingénierie comme sur l’investissement. », poursuit Annie Genevard. Huit autres massifs étaient représentés. Les trois territoires ayant enregistrés le plus grand nombre de dossiers retenus sont les Alpes avec 8 projets, le Massif central avec 7 et les Pyrénées avec 5.

Après la partie Ingénierie, le Plan Avenir Montagnes compte un autre volet : l’investissement pour lequel une seconde période de candidature vient d’être lancée. Plus de 200 dossiers ont déjà été déposés sur tous les massifs. Les futurs lauréats devraient être connus courant 2022. Dans le Haut-Doubs, des projets sur RocheJean, Levier, Arc-Sous-Cicon, Etalans, Les Hôpitaux-Neufs, Morteau, Métabief ou encore Noël-Cerneux en font partie.

Si la région Bourgogne Franche-Comté, comme l’expliquait son vice-président Patrick Ayache dans nos colonnes début octobre, veut stopper les financements touristiques exclusivement dédiés au ski alpin, Annie Genevard ne se montre pas aussi catégorique. « Il n’y a pas lieu d’exclure la neige. Elargir la saison touristique aux autres saison est une bonne chose, mais exclure la neige me paraît radicale. L’hiver constitue une attractivité très importante sur le secteur. Nous essayons de développer le tourisme quatre saisons en montagne, c’est une bonne chose, car il y a presque autant de visiteurs en montagne en été comme en hiver désormais. Les sentiers de grande itinérance de l’Ain, Jura et Doubs sont un exemple. Le Département continue d’investir sur les programmes de neige, en hiver. »

Officialisé le 27 mai 2021 par le Premier ministre Jean Castex, le plan avenir Montagnes représente 650 millions d’euros dont 350 millions d’euros pour l’étude de projets et 300 millions d’euros pour l’investissement (co-financement Etat-Régions),  générant près de 1,8Md€ d’investissement dans ces territoires. Ces crédits viennent compléter 5,4 milliards d’euros d’aides d’urgence et de relance d’ores et déjà mobilisés. En particulier, le Gouvernement lance le fonds « Avenir Montagnes » doté de 331 millions d’euros comprenant un volet de soutien à l’investissement (avec une mobilisation à parts égales de 6 régions) de 300 millions d’euros visant l’émergence de projets touristiques en lien avec les trois axes du plan et un volet d’accompagnement de 31 millions d’euros consacré à l’accompagnement en ingénierie des territoires qui en ont besoin.

Martin SAUSSARD