Proverbes

0
2626
Gérard Bouvier.

Nous n’étions pas même nés que déjà ils nous suivaient, souvent depuis des siècles.
Ce sont ces grands mots inscrits dans notre patrimoine et qui savent être souvent
nos grands remèdes. Ils parlent de nous mieux que nous le ferions nous-mêmes (1)
et viennent surligner nos humeurs et nos croyances. Ils apaisent nos sentiments et
ajoutent une once de crédit à nos pressentiments (2). Toujours prêts à surgir, comme
font les évidences. Et quand on n’en a nul besoin, ils s’incrustent quand même car
on ne saurait les évincer sans mettre un pan de notre histoire en difficulté.

Ils sont péremptoires et despotiques (3). À tout propos ils déboulent du fond des
temps comme si c’était d’hier. Ils s’imposent sans même imaginer qu’ils pourraient
faire la queue comme tout le monde ou sonner avant d’entrer. Ne détournez pas le
regard, ils sont là qui vous attendent et qui vous obligent comme le ferait un
éternuement.
Ils ont ce pouvoir devenu si rare de savoir nous mettre tous d’accord. En quelques
mots, ils savent nous unir jusqu’à la connivence.
Ce sont les proverbes.
On ne passe pas un jour sans les rencontrer. Ils sont souvent usés jusqu’à la corde
mais on les porte encore. On ne saurait les gaspiller car ils nous servent de
pertinence de seconde main quand l’inspiration décline, comme une roue de secours
ou pour boucher un silence dans une discussion ennuyeuse ou oppressante.
Ils ont le don d’immortalité. En 2400 av. J.-C. Ptahhotep, vizir sous le règne du
pharaon Djedkaré-Isesi disait : « Si tu es un faible, il te faut suivre un homme digne
de confiance ; si tu es un guide, écoute avec sérénité celui qui t’adresse une
requête et ne le renvoie pas avant qu’il ait purgé son ventre de ce qu’il avait à te
dire. » (4)
Aujourd’hui encore, on ne saurait mieux dire.

 

Notes :
(1) – Vous n’échapperez pas à quelques exemples !
« Avec des si on mettrait Paris en bouteille ». Que j’ai longtemps écrit « avec des
scies » que je ne regrette pas car tellement plus logique.
Certains proverbes nous encouragent : un(e) de perdu(e), dix de retrouvé(e) …
même si pour l’avoir vécu je puis vous dire que c’est un bobard. Ou une mente si
vous êtes comtois et alors vous pourrez ajouter « Mensonge bien dit vaut une
vérité ». Mais « toute vérité n’est pas bonne à dire » et d’ailleurs à quoi bon puisque
« ventre creux n’a pas d’oreille ». Et l’on sait bien « qu’il n’est de pire sourd que celui
qui ne veut pas entendre ». Mais il a peut-être simplement la comprenotte bouchée…

(2) -Attention : « l’habit ne fait pas l’ermite » nous disait ce pauvre Rutebeuf au
XIIIème siècle. Devenu « l’habit ne fait pas le moine » quand les ermitages, désertés
par leur ermite, sont passés aux monuments historiques ou aux coopératives
fromagères. De même « la plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle
a ». Ce proverbe aujourd’hui jugé sexiste est tiré des Maximes et Pensées de
Nicolas Chamfort (1741-1794). Il ajoute « ce qui est très faux : elle donne
précisément ce qu’on croit recevoir puisque c’est l’imagination qui fait le prix de ce
qu’on reçoit ». Pourquoi pas ? Je vous laisse juge. Pour moi faites comme si je
n’étais pas là, je ne suis pas sûr d’avoir tout compris…

(3) – Beaucoup de proverbes ne nous laisse guère le choix. « On ne peut pas être et
avoir été » ; « qui vivra verra » ; « faute de grives on mange des merles ». Les
anglais plus pragmatiques se contentent de : « la moitié d’une miche est toujours
mieux que pas de pain du tout ».
On n’est jamais à l’abri d’une contradiction à dormir debout : « qui dort dine » et
pourtant « l’appétit vient en mangeant… » Ce proverbe existait déjà au XVème siècle
et Rabelais qui avait le gosier en pente en donne une version bouffonne en 1534
dans Gargantua en ajoutant : « la soif s’en va en buvant ». De toute façon : « quand
le vin est tiré il faut le boire ». On est bien sûr à la limite de la mauvaise foi : le vin
peut attendre en carafe.
Mais souvent la mauvaise foi rôde dans nos proverbes qui parfois cherchent à nous
emberlificoter un max : « toute peine mérite salaire » « l’argent ne fait pas le
bonheur », « la patience vient à bout de tout », « les absents ont toujours tort ». La
formulation concise des proverbes fait leur force mais on sera soulagé un jour ou
l’autre d’apporter d’utiles nuances ? Chaque chose en son temps.

(4) – D’autres proverbes de -2500 avt J.-C. peut-être les plus vieux du monde nous
témoignent de la sagesse des anciens. On les trouve en Mésopotamie dans les deux
premières bibliothèques à Fara et Abu Salabikh. Je vous en cite un qui fera
consensus 4 500 ans plus tard parmi les lecteurs d’Hebdo 39 :
Tu peux avoir un maître, tu peux avoir un roi, mais l’homme à redouter, c’est le
percepteur.
N’oubliez pas la date limite de votre déclaration. Pour le Jura et pour une déclaration
en ligne c’est le 1er juin 2023 à 23h59. Un jeudi.

Retrouvez cette rubrique enrichie des commentaires de l’auteur sur : www.hebdo39.net