Paroles d’experts Laurent Pernot, In&Fi Crédits « La problématique, c’est le taux d’usure »

Le courtier peut aider les professionnels de l’immobilier à identifier ce genre de problèmes en amont. Il accompagne également ses clients pour négocier avec la banque le taux d’intérêt et le sujet des assurances de prêt.

0
87
Pour Laurent Pernot, il est encore intéressant d'emprunter vu le taux d'inflation.

« Depuis juin, le marché connait une hausse rapide des taux d’intérêt », introduit Laurent Pernot. S’il était écrit qu’il y aurait un retour sur l’inflation et que la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) allait se durcir, personne n’avait anticipé une forte et surtout rapide poussée inflationniste, et donc par ricochet une politique de hausse des taux directeurs et ce pour juguler l’inflation.
Cette situation a surtout un impact sur le taux d’usure. Ce taux maximal auquel un prêt peut être accordé a évolué, sans prendre en compte l’augmentation des taux de prêts qui dépendent de ces fameux taux directeurs. « En temps normal, c’est une protection du consommateur, rappelle le courtier. La conséquence actuelle, c’est que d’excellents dossiers ne peuvent pas être instruits. »
Mais le professionnel se veut rassurant. Le taux d’usure doit être révisé au 1er octobre. Et les différents représentants des métiers impactés mettent une énorme pression. « Il y aura une revalorisation technique et il faudrait aussi un coup de pouce pour que le marché puisse souffler. »

Les courtiers davantage sollicités ?

Les courtiers pourraient être encore plus sollicités. « Nous pouvons nous retrouver dans un contexte de « crédit crunch » et cela a un vrai intérêt de se tourner vers un professionnel pour préparer son dossier. » Chez In&Fi, Laurent Pernot vérifie avec le client ce qu’il peut emprunter, que cela rentre dans les cases des partenaires bancaires, fait les demandes auprès des banques et les accompagne et conseille. « Nous sommes l’interlocuteur unique de ce projet de vie. »
Le courtier peut aider les professionnels de l’immobilier à identifier en amont les problèmes de taux d’usure qui peuvent se poser afin d’éviter d’aller signer des compromis sur des situations compliquées. Il négocie aussi pour les clients avec la banque le taux d’intérêt et le sujet des assurances de prêt. « Mais si un dossier est usuraire, il est usuraire. Il reste encore intéressant d’emprunter aujourd’hui à 2,20 % avec une inflation à 6 ou 7 %. »