Organisation des collectes de sang : la nouvelle donne…

Depuis bientôt 2 ans, les termes Covid, crise et pandémie font partie intégrante de notre quotidien, tout comme les appels au don de sang qui se sont malheureusement multipliés en 2021. Pourquoi et comment cette crise sanitaire inédite impacte-t-elle encore les stocks de produits sanguins ? Et comment chaque citoyen peut agir ? Éléments de réponse.

0
328

« Les malades ont besoin de vous »

C’est peu de le dire, la crise sanitaire a bousculé l’organisation de collectes pour l’EFS, Établissement français du sang dont la mission principale consiste à garantir l’autosuffisance en produits sanguins, c’est-à-dire veiller à ce que tous les établissements de soin aient accès à des poches de sang, plasma et plaquettes en quantité et qualité suffisante pour soigner les patients qui en ont besoin.
Or, l’incertitude dans laquelle le monde est plongé depuis 2 ans n’a pas épargné l’EFS en impactant l‘organisation des collectes, la mobilisation des citoyens et donc les réserves en produits sanguins.
Effectivement dès le printemps 2021, certaines salles communales accueillant des collectes de sang ont été réquisitionnées pour la vaccination, alors que d’autres ne peuvent plus accueillir de collecte du fait d’une incompatibilité des locaux avec la bonne application du protocole sanitaire. De plus, les collectes en entreprises ou au sein d’établissements d’enseignements, où l’EFS à l’habitude de recruter de nouveaux donneurs en grande quantité, se sont réduites voire annulées. Sans compter que la généralisation du télétravail et des cours à distance réduit drastiquement les participants sur ce type de collectes.
Avec pour conséquence fâcheuse de détourner les français du don de sang, auxquels s’ajoutent aujourd’hui, avec la recrudescence de la pandémie, un nombre important de candidats temporairement écartés du don car présentant des symptômes, positifs à la Covid-19 ou simplement cas contact.

Où sont les nouveaux donneurs ?

Depuis début 2020, le don de sang cumule un déficit de 27% de recrutement alors que la dynamique était à la hausse de 4% par an en moyenne depuis 2014. Pourtant, des opérations d’envergure ont été mises en places en 2021 pour tenter de faire découvrir ce geste solidaire à de nouveaux citoyens en sortant du cadre habituel des collectes dans les salles municipales au profit de lieux d’exception : châteaux, boîte de nuit, et même une
collecte dans un Musée des Beaux-Arts, la première en France !
Manque de temps, peur du virus, diminution des collectes étudiantes, défaut d’informations ou désengagement sociétal depuis la crise ?
Toujours est-il que ce manque de nouveaux donneurs dans notre région historiquement largement au-dessus des taux moyens de nouveaux donneurs, inquiète.

« C’est le moment de tendre le bras »

Trouver de nouveaux donneurs est un enjeu majeur pour l’EFS.

« Nous avons très largement sollicité les donneurs déjà connus cette année et nous avons heureusement su compter sur leur engagement sans faille, nous les remercions mille fois. Mais c’est à vous, qui n’avez pas encore donné votre sang, de rejoindre le mouvement.
C’est le moment de passer le cap, de tendre le bras pour la première fois et de le faire à plusieurs pour se lancer. Les malades ont besoin de vous ! » Marion Le Blond, Directrice communication-marketing à l’EFS Bourgogne-Franche-Comté.
En effet, trouver de nouveaux donneurs est un enjeu majeur pour l’EFS, car en plus de remplacer les 20 600 donneurs bourguignons et franc-comtois qui quittent le contingent des donneurs de sang chaque année, recruter des profils de donneurs variés permet de répondre de manière adaptée au besoin de chaque malade quel que soit ses caractéristiques sanguines.
Avec 26 000 patients soignés chaque année dans la région, les réserves de sang doivent correspondre à la diversité en groupes sanguins et phénotypes de toute la population riche de tant de différences génétiques.

Don de sang et Covid-19 :

Je ne peux pas donner mon sang si je n’ai pas de pass sanitaire ? Faux.
« Le pass sanitaire n’est pas nécessaire pour donner son sang. Nous accueillons tous les donneurs dans le respect des gestes barrières dont le port du masque qui reste obligatoire, car le parcours donneurs est totalement vérifiable et vérifié par nos équipes » précise l’EFS.
Vacciné ou non, je peux donner mon sang ? Vrai.
« Il n’est pas nécessaire d’être vacciné pour donner son sang. Nous accueillons tous les donneurs en capacité de donner, vaccinés et non vaccinés. Il est d’ailleurs possible de donner son sang sans délai après une injection de vaccin contre la Covid-19 » souligne l’équipe médicale.
« Cependant, les personnes ayant présenté des symptômes de Covid-19 doivent attendre 14 jours après disparition des symptômes pour donner leur sang ou 14 jours après avoir été testé positif. Si vous n’êtes pas vacciné et si vous avez été en contact avec un cas confirmé de Covid-19, vous devez attendre 14 jours après le dernier contact, à moins d’avoir un test PCR ».

A propos de l’Établissement Français du Sang

Grâce au don de sang, donneurs et receveurs sont au cœur de l’économie du partage. Les 10 000 collaboratrices et collaborateurs, médecins, pharmaciens, biologistes, techniciens de laboratoire, chercheurs, infirmiers, équipes de collecte de l’Etablissement français du sang, en lien avec des milliers de bénévoles, s’engagent au quotidien comme dans les circonstances exceptionnelles pour transformer les dons en vies et soigner ainsi 1 million de patients par an. Opérateur civil unique de la transfusion sanguine en France, l’EFS a pour mission principale l’autosuffisance nationale en produits sanguins. Il s’investit par ailleurs dans de nombreuses autres activités, comme les analyses de biologie médicale, la
thérapie cellulaire et tissulaire ou la recherche.
Au-delà de la qualification des dons, les laboratoires de l’EFS réalisent différents types d’analyses biologiques, hématologiques et immunologiques. Des examens indispensables dans le cadre d’une transfusion mais également d’une greffe d’organe, de tissus ou de cellules. Avec plus de 500 millions d’actes réalisés par an, l’EFS est le plus grand laboratoire de biologie médicale de France. L’Établissement français du sang est présent sur
l’ensemble du territoire à travers ses 129 sites pour être au plus près des donneurs et des patients et porter ainsi des valeurs sans équivalent.
L’EFS est constitué de 15 établissements régionaux parmi lesquels l’EFS Bourgogne Franche- Comté qui compte 7 sites de prélèvement accueillant des donneurs (Auxerre, Belfort, Besançon, Chalon-sur-Saône, Dijon, Mâcon et Sens) et propose chaque année près de 2 000 collectes.