L’invitée de la semaine : Nina Personeni

Licenciée à Mancy, la Jurassienne d’adoption vient de remporter la finale nationale des Meilleurs apprentis de France à Chantilly, dans la catégorie palefrenier-soigneur.

0
183
NINA PERSONENI

Comment devient-on Meilleure apprentie de France (MAF) ?
Il faut obtenir 18 minimum de moyenne. Les quatre meilleurs qui avaient plus de 18/20 ont été retenus cette année. J’en faisais partie. Nous avons reçu un trophée.

Quelles sont les différentes épreuves auxquelles vous avez participé ?
Le vendredi 1er juillet, embarquement d’un cheval, puis oral sur la zootechnie/hippologie. Le samedi 2 juillet, identification d’un cheval dans les box à partir de son carnet, toilettage avant une visite vétérinaire, présentation en main, puis commentaire d’une présentation en main faite par un autre candidat, épreuve de soins.

Ces épreuves étaient-elles réalisées avec des chevaux de votre établissement Mancy ?
Non. Nous avons travaillé avec des chevaux de l’école L’Afasec et avec des propriétaires de Chantilly qui prêtaient leurs chevaux.

Comment vous êtes-vous préparée ?
La meilleure préparation, c’est ma répétition quotidienne de ces gestes. Cela m’a aidée à être efficace et rapide. Quelques professeurs du lycée m’ont aidée aussi à préparer les épreuves plus théoriques.

Les finales départementale et régionale avaient été organisées à Mancy… Vous étiez deux finalistes, n’est-ce pas ?
Effectivement, Emma Vivier et moi avions eu la médaille d’or. C’est pourquoi nous sommes allées toutes les deux à Chantilly avec Mancy. C’était impressionnant !

Qu’est-ce que ce trophée va vous apporter ?
Cela m’a permis de rencontrer des gens renommés dans ce milieu. Ce trophée, c’est une ligne sur mon curriculum vitae qui montre que je suis capable de tenir une écurie pour faire les activités que j’ai présentées.

Quels sont vos prochains objectifs ?
Passer un BTS commerce. J’ai signé un apprentissage de deux ans dans une sellerie. Et après, je veux faire un DEJEPS (Diplôme d’Etat de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) pour devenir coach sportif.

Qui souhaitez-vous remercier ?
Je remercie l’équipe pédagogique de Mancy pour la préparation durant ces trois années de Bac Pro CGEH (Conduite et gestion de l’entreprise hippique), ainsi que l’année de CSETJE (Certificat de spécialisation éducation et travail des jeunes équidés). Mes enseignants qui me suivent chaque jour et prennent le temps de me former. Ils m’ont apporté les petits détails qui font que face aux autres candidats qui savaient autant faire que moi, j’ai été retenue Meilleure apprentie de France. Je remercie également mes maîtres de stage et d’apprentissage qui m’ont fait répéter tous ces gestes avec chacun leur manière de faire. Et un dernier merci au Legta Mancy qui nous a emmenées là-bas.

Comment se sent-on quand on apprend qu’on est MAF ?
Sur le moment, je ne m’attendais pas à être médaillée. J’avais trouvé cela dur. Ici, on est dans les selles français ; là-bas, c’était des chevaux de course, donc ça demandait beaucoup de réflexion. Après, avec le recul, j’étais contente et j’imagine que ceux qui m’ont formée le sont aussi.