Jura. Le Bureau de poste itinérant a été inauguré

La Poste expérimente désormais un modèle de poste itinérant dans huit villages du Jura. L'inauguration a eu lieu vendredi matin à Mesnois, en présence de très nombreux participants.

0
347
Sylvie Guillaume, directrice executive Branche Grand public et Numérique Bourgogne-Franche-Comté : "Nous travaillons sur ce projet depuis 2 ans". Photo P. Négri

« C’est une très belle initiative. Cela pourra devenir un évènement communal, et créer du lien social. C’est une réponse concrète à l’isolement« , a déclaré Sandrine Gauthier-Pacoud, maire de Mesnois, et présidente de l’Association des Maires du Jura.
La sous-préfète de Saint-Claude, le sénateur Clément Pernot, les deux députées jurassiennes, de nombreux élus locaux et régionaux, les officiers de gendarmerie, les représentants de la Poste, étaient en effet présents vendredi matin, à l’occasion de l’inauguration de l’un des cinq premiers Bureaux de poste itinérants de France.
En effet, le Jura a été retenu avec l’Orne, la Creuse, le Gers et la Haute-Marne, pour expérimenter ce modèle d’un nouveau genre.

« Nous retrouvons nos racines »

Philippe Dorge, directeur-général-adjoint de la Poste en charge de la Branche Services-Courrier-Colis, et Sylvie Guillaume, directrice de la Branche grand public et Numérique Bourgogne-Franche-Comté, ont expliqué le fonctionnement de ce nouveau concept.
Les 5 Bureaux de poste circuleront 5 jours par semaine, avec des arrêts réguliers dans les communes concernées. Ils apporteront aux habitants les services essentiels de la Poste, activités postales habituelles (affranchissements, dépôt courriers ou colis, achat de timbres, portage de repas, assistance seniors, achat de téléphonie, opérations bancaires, etc…), auxquelles est rajouté un accompagnement vers le France Services le plus proche pour les démarches administratives. « La société évolue mais nous retrouvons nos racines, car ce système de poste itinérante existait il y a bien longtemps« , a plaisanté Philippe Dorge.

Philippe Dorge et Sylvie Guillaume coupent le ruban. Photo P. Négri

8 communes et 3000 habitants desservis

Dans le Jura, le « camion jaune » passera par 8 communes et desservira près de 3 000 habitants. Les trois agents, Karine Pelle, Adeline Zourak et Baptiste Jacquot, qui s’occuperont de ce service itinérant, ont été spécialement formés à ce nouveau métier de facteur-guichetier. Dès samedi 27 avril, le camion a été mis en service en commençant par la commune de Cressia.
Les communes desservies sont  : Colonne : le mardi de 9h à 12h ; Château-Chalon le mercredi de 9h à 12h ; L’Etoile le mercredi de 14h à 16h30 ; La Chailleuse le jeudi de 9h à 12h ; Frébuans le jeudi de 14h à 16h30 ; Etival le vendredi de 9h30 à 12h ; Mesnois le vendredi de 14h à 16h30 ; Cressia le samedi de 9h à 12h.

Permettre aux habitants d’accéder à leurs droits

Cette expérimentation s’inscrit dans le cadre du Programme Avant-Poste France services. C’est un projet d’intérêt général co-construit par la Poste, la Banque des Territoires, l’Agence nationale de la Cohésion des Territoires (ANCT) et les préfectures concernées. L’ambition est de délivrer les services publics au plus près des citoyens en milieu rural, grâce à une démarche innovante. Être en proximité, c’est être présent et permettre aux habitants d’accéder à leurs droits en matière de retraite, d’allocations familiales, d’impôts, etc….Aujourd’hui, 30% des Français renoncent en effet à leurs droits.

Les 3 facteurs-guichetiers qui assureront le service, entourés par Liliane Lucchesi, conseillère régionale et présidente de la commission de la Présence postale Jura, et Sandrine Gauthier-Pacoud, maire de Mesnois et présidente des Maires du Jura. Photo P. Négri
Sandrine Gauthier-Pacoud : « Ce service sera un remède à l’isolement ». Photo P. Négri
Madame la Sous-préfète a clôturé les discours. Photo P. Négri
Liliane Lucchesi, conseillère régionale et présidente de la commission départementale de la Présence postale du Jura : « 20 000 Jurassiens sont à plus de 20 mns d’une Bureau de poste. La Poste n’a d’intérêt que si elle est de proximité ». Photo P. Négri