Lons : mairie et commerçants doivent travailler ensemble

Manque d’échanges, priorités qui semblent être à des années lumières… La dernière réunion publique a mis en lumière la colère d’une grande partie des commerçants. Ils partagent pourtant le même objectif que les élus : redynamiser le centre-ville.

0
1728
L'association Lucas cherche des commerçants volontaires pour l'aider dans ses actions.

« Faire du centre-ville une Destination. » Tel est l’objectif affiché par le maire, Jean-Yves Ravier. L’élu vient d’organiser une deuxième réunion publique à destination des commerçants (la première avait été organisée en octobre 2021). « La Ville a besoin de ses commerces et les commerces ont besoin de la Ville. Il faut que les gens aient envie de venir et de rester, il faut trouver des moyens ensemble. »

Végétaliser la place de la Liberté

Pour rendre le centre-ville agréable, le projet principal de la municipalité est de végétaliser la place de la Liberté. « Les espaces publics, plus qualitatifs, sont un enjeu gagnant-gagnant, a souligné Guillaume Piard, directeur des espaces publics. La place telle qu’elle a été faite il y a vingt ans n’est pas fréquentable trois/quatre mois par an (NDLR car il fait trop chaud). »
Quelques commerçants dans la salle se sont agacés. « Les commerçants ont des soucis. Vous faites votre politique, votre petite soupe, pour dire que tout va bien. Il faut nous écouter, nous donner la parole », a coupé Stéphanie Faton. Pour une collègue, « c’est irréalisable. A Lyon, ils ont fait cela. Un an après, la municipalité revenait en arrière car cela consommait trop d’eau ».
La mairie veut proposer un atelier de concertation dans le mois pour réfléchir ensemble. Une expérimentation de la piétonisation partielle de la rue Jean-Jaurès est également envisagée cet été. « Ressortez les études qui ont été faites par le Pays lédonien. Vous vous rendrez compte que tous les petits achats du quotidien sont faits avec la voiture. Les clients ne vont pas se garer au cinéma pour aller chercher leur baguette. Si vous enlevez les voitures du centre-ville, les clients iront acheter en périphérie. Si vous piétonnisez une partie du centre-ville, vous tirez une balle dans le pied aux métiers de bouche et par ricochet vous tuerez tout le monde », est intervenue Sandrine Morel, applaudie par la salle.

Les commerçants réclament une zone bleue

Le président de l’association Lucas, Dominique Joseph, a sollicité la mairie pour tester une zone bleue au centre-ville. « Si les gens ne se garent pas dans le magasin, ils partent. Si la ville ne peut pas offrir cette proximité, il n’y aura plus de commerces. »
Plusieurs commerçants ont également témoigné « pâtir » de la décision qui a été prise de réserver le parking souterrain en plein centre à des abonnés. Pour le maire, la demande émanait à la fois de commerçants (qui l’utilisent) et de riverains. D’après Jean-Philippe Rameau, conseiller municipal délégué à la sécurité, l’expérimentation est une réussite car il y a plus de demandes que d’offres et les places en surface se sont libérées. « C’est faux, a réagi Stéphanie Faton. Le parking est à trois quarts vide tous les jours. »
Impasse des Moulins délabrée, marché trop éloigné du centre, extinction des vitrines après 20 h, disparition des écrans lumineux d’ici mars 2024, fous au volant, poubelles qui trainent, population qui ne consomme pas assez localement… sont autant d’autres problématiques qui ont été soulevées par les commerçants.

Le sujet des « SDF », encore…

« Ils boivent de la bière, urinent, défèquent sur la place. Ils nous agressent verbalement, a témoigné une commerçante de la place. Des fois, je demande à mon mari de venir me chercher à la fermeture car j’ai peur. »
« Nous sommes en train de mettre en place un plan d’actions avec la police municipale, a répondu Jean-Philippe Rameau. Des vrais SDF, il y en a très peu, et ils ne posent pas de problème. La difficulté aussi, ce sont leurs addictions à l’alcool et à la drogue. Nous possédons un chien renifleur. Nous allons pouvoir faire des saisies. Ce qui est nouveau en ce moment, c’est que nous avons des personnes qui viennent de très loin qui sont arrivées. »

Deux projets mis en œuvre

La rencontre devait être l’occasion de faire le point sur les projets mis en œuvre depuis deux ans en faveur du commerce local. Elodie Bocquet, la responsable du développement commercial et artisanal de la ville, a présenté le nouveau site Acheteralons.fr et les sacs shopping collector.

AG de Lucas : vers un retour de la braderie ?

« Depuis 2020, nous faisons face à des difficultés qui ne s’arrêtent pas : Covid, puis crise économique et sociale puis manifestations en 2023 », a rappelé Dominique Joseph, le président de Lucas (Lons union des commerçants artisans services). L’association organisait son assemblée générale devant une quarantaine de participants. Ils étaient 80 adhérents en 2021, une centaine l’an dernier. « Nous avons tous besoin de nous rapprocher entre commerçants du centre-ville pour préparer notre futur. »
Les neuf bénévoles cherchent des commerçants volontaires pour les aider dans leurs actions. Ils veulent poursuivre et renforcer l’opération bons d’achat. Les entreprises, comités d’entreprise, collectivités, associations, peuvent les offrir à leurs salariés. 41 000 euros sont ainsi rentrés indirectement dans les caisses des commerçants en 2021.
Lucas envisage de remettre en place la braderie. Le président de l’association de la rue Lecourbe, Christophe Couillerot, planche sur une animation fin juin. Pour tous les commerçants, « il est urgent de redynamiser le centre-ville ».