L’invité de la semaine : Christian Ginter

Le lédonien de 66 ans est le seul homme au monde a avoir fini 32 courses à pied de près de 250 km au cœur des déserts. Une vie entière dédiée aux courses extrêmes, qui lui permet d’entrer dans la légende, malgré le report du 33e marathon des sables.

195
Christian Ginter devant une terrible dune à franchir lors de son 32e marathon des sables.

Christian Ginter, comment vous définir ?
J’ai bientôt 66 ans et je suis lédonien. J’ai commencé à travailler à l’âge de 17 ans au village vacances de Lamoura, et j’y ai fait toute ma carrière comme cuisinier pendant 40 ans. Je faisais toutes les courses du secteur. Après avoir fini 3e aux 6 heures de Salins, je me suis aperçu que j’avais quelque chose à accomplir dans la grande distance, aidé par un cœur qui bat au repos à 39 pulsations/minute. J’ai fait les 10 premières Trans’jurassiennes, et puis après une course non-stop en 24 heures.

Vous avez couru dans tous les déserts du monde (Libye, Algérie, Mauritanie, Tchad, Sénégal, Egypte, Etats Unis, Mali, etc.), pour en ramener souvent des podiums ou de belles places. Mais comment est-ce qu’un être humain peut faire plus de 200 ou 300 kilomètres sans pratiquement s’arrêter ?
Ben je me demande un peu des fois. Il faut être peu fou, c’est sûr ! Les courses extrêmes et les trails se sont démocratisés, mais il y a 20 ou 30 ans on nous prenait pour des fadas ! Dans les courses extrêmes, on va au bout de nous-mêmes, et même au-delà. Quand on franchit la ligne d’arrivée, on se retrouve parfois sous perfusion, ou à ne plus pouvoir marcher pendant trois jours.

Ces courses extrêmes poussent les corps dans leurs retranchements les plus extrêmes. Comment tenir ?
Il faut soigner ses pieds dès l’arrivée, car tous les coureurs attrapent des ampoules et elles représentent 30% des abandons. Si elles s’infectent, c’est le retour à la maison direct. Malgré tout, la plupart finissent avec les pieds en sang. Je vais sans doute perdre 3 ou 4 ongles sur mon prochain marathon, mais ça repousse !

Comment se déroule une course telle que le mythique marathon des sables ?
Pour mon dernier marathon des sables, j’ai parcouru 226 km en 5 jours au coeur du désert, avec des températures atteignant les 31°C. Le tout avec un barda sur le dos comprenant nourriture lyophilisée (2000 kcal/jour) pour 6 jours, sucres rapides (pris pendant la course), duvet, matériel de survie, etc. Et sur un terrain accidenté, comportant une interminable succession de montées et de descentes (dunes) parfois sévères.  Le soir, au bivouac, les concurrents dorment par terre ensemble.

A 66 ans, quels sont vos objectifs ?
J’en suis à mon 32ème marathon des sables consécutif sans abandon, ce qui est le record du monde. On me surnomme “la légende” dans le milieu des courses extrêmes, mais j’espère juste pouvoir courir et finir mon 33e marathon des sables. Le marathon prévu du 3 au 13 avril dernier a été reporté du 18 au 28 septembre 2020 en raison du coronavirus, un report qu’il a fallu encaisser après tant de préparations.

Votre histoire incroyable fait penser à celle du lièvre et de la tortue. Une comparaison non désobligeante je l’espère ?
Ah c’est vrai, quand je cours, je ne suis pas beau. Mais ce qui compte pour courir plus de 200 ou 300 kilomètres non-stop, c’est la volonté. Avec mes petits pas, je cours doucement, doucement mais en dormant le moins possible. Une force par rapport à ceux qui sont obligés de s’arrêter, mais il m’est arrivé de « dormir » en courant… et d’être réveillé par mes chutes.

Comment vous préparez-vous ?
Je cours autour de Lons 1h30 à 2h par jour, 5 à 6 fois par semaine, parfois 10 fois avec des séances de nuit. Et une fois par mois, j’attaque une distance de 50 km non-stop.

Comment peut-on vous aider à faire briller le Jura à l’international ?
Ce sont des courses qui valent cher, et j’en fait deux par an, soit un budget d’environ 6.000 €. Si je peux avoir des aides, plusieurs sponsors sur l’année, ce serait bien…

Propos recueillis par Stéphane Hovaere

Contact :
Christian Ginter 06 77 25 46 84
ginter.ledesert@wanadoo.fr

Christian Ginter lors de son 32e marathon des sables : exploit accompli !