Lons-le-Saunier : les commerçants veulent aller plus loin pour leur ville

Dominique Joseph, le président de l’association L.U.C.A.S (Lons union commerçants artisans et services), revient sur 2023 et présente les perspectives pour cette nouvelle année.

0
3333
Dominique Joseph, le président de l’association, présente les perspectives 2024.

Quel bilan des fêtes font les commerçants ?

Il est un peu tôt pour faire un bilan. En ce début janvier, nous sentons encore une dynamique des fêtes. Tous les acteurs étant encore bien mobilisés, j’attends pour faire un point ensemble.

Comment les commerçants se sont-ils mobilisés durant cette période ?

Avant Noël, notre association a créé une mascotte qui a voyagé dans la centaine de commerces de l’association. Il s’agit d’un nounours que nous avons appelé L.U.C.A.S. Il fait découvrir les métiers des commerçants de Lons. Une série de photos a été réalisée devant chaque magasin avec la mascotte et un mur avec toutes ces photos a été installé rue Saint-Désiré.

Nous avons également organisé un jeu de la hotte de Noël. Nous remettions des bulletins de participation à nos clients. Neuf hottes de plus de 200 euros et une de 1 000 euros étaient à gagner. Tous les adhérents ont fourni un lot. Le tirage au sort aura lieu le 22 janvier. Les gagnants seront contactés par téléphone.

Le jeu s’est poursuivi début janvier sur les réseaux sociaux. Quatre gagnants seront également tirés au sort. Ils remporteront des cadeaux surprises.

L’intérêt du jeu est de faire connaître tous les adhérents et types de commerces et qu’il y ait un retour. Le gagnant doit aller chercher son lot dans son commerce.

Une série de photos a été réalisée devant chaque magasin avec la mascotte et un mur avec toutes ces photos a été installé rue Saint-Désiré. Crédit photo : L.U.C.A.S

Place aux soldes qui ont démarré mercredi dernier. Un message ?

Achetons local ! C’est le slogan de notre association L.U.C.A.S, Lons union commerçants artisans et services.

Quelles sont les perspectives cette année ?

Nous aurons d’autres opérations. Si tous les partenaires sont d’accord, la Brad’in Lons (braderie) reviendra. Les retours de l’édition du 9 septembre dernier avaient été très bons. Léa, notre alternante depuis novembre, étudiante en master communication et événementiel, qui s’occupe des réseaux sociaux et de la création d’événements, travaillera sur ce dossier aussi.

Une pétition est en cours qui demande la démission de Madame Paraiso, en réaction à ses propos lors du dernier conseil municipal (certains commerçants doivent « se retrousser les manches »). Quelle est votre position ?

Quel que soit l’élu, il y a des choses qu’on peut dire et d’autres qu’on ne peut pas dire. Les propos de Madame Paraiso ont eu d’autant plus d’impact à la période où cela a été dit car c’est la période durant laquelle les commerçants travaillent le plus.
Le commerçant est un chef d’entreprise qui dirige son commerce comme bon lui semble. S’il ne veut pas ouvrir un dimanche par exemple, c’est son droit. Je comprends que certains commerçants aient souhaité faire une pétition.

Quels sont vos souhaits pour cette année ?

Nous souhaitons que le partenariat avec la Ville aille vraiment plus loin. Il faut vraiment faire une dynamique.