Les bonnes résolutions

Pour 36% des habitants de la région Bourgogne-Franche-Comté, la pratique d’une activité physique reste la résolution numéro un en 2022 ! Passer plus de temps en famille et avec des amis arrive deuxième à 27%. Décryptage de ces mouvantes tendances sociologiques locales, à l'aube de la nouvelle année.

0
421

J’y pense et puis j’oublie…

Si pratiquer une activité physique et passer plus de temps en famille ou avec des amis arrivent en tête des résolutions des habitants de Bourgogne-Franche-Comté, le fait d’avoir un rythme de sommeil régulier devance cette année l’idée de se réserver de vrais moments de détente.
Le podium des bonnes résolutions 2022 en région Bourgogne-Franche-Comte se compose ainsi :
Pratiquer une activité physique régulière pour 36% (-4% vs 2020), passer plus de temps en famille ou avec des amis pour 27% (-11% vs 2020), avoir un rythme de sommeil plus régulier pour 24% (+4% vs 2020).
Interrogés sur la tenue de leurs résolutions 2021, 51% des habitants de Bourgogne-Franche-Comté déclarent avoir tenu au moins l’une d’entre elles : une proportion en baisse par rapport à l’an passé (-3%).
Fait notable, le chiffre monte à 58% chez les plus de 60 ans.

La sédentarité accentuée par la crise

L’année dernière, 64% des habitants de la région Bourgogne-Franche-Comté déclaraient que la crise sanitaire avait rendu plus difficile la possibilité de pouvoir pratiquer une activité physique ou sportive. Ainsi, cette année, ils sont 63% à déclarer avoir « un mode de vie plus sédentaire qu’avant la crise ». Des chiffres alarmants, qui sont encore plus inquiétants pour les femmes : 66% (vs 56% chez les hommes), ainsi que les personnes vivant avec 1 ou plusieurs enfants : 71% (vs 60% pour ceux qui vivent sous le même toit sans enfant).
Cette sédentarité impacte toutes les dimensions de la vie des habitants de Bourgogne-Franche-Comté, mais principalement la vie sociale pour 69%, le bien-être physique pour 69%, l’état de forme général pour 66%, le bien-être psychologique pour 67%…
Le poids (54%) et la qualité du sommeil (48%) semblent quant à eux un peu moins impactés.
Ces changements sont fortement ressentis sur les habitants de Bourgogne-Franche-Comté. En effet, 91% déclarent être concernés par au moins un de ces impacts négatifs et  20% affirment « ressentir tous ces impacts négatifs ».

Le retour à la vie normale bouleverse la pratique sportive des habitants de Bourgogne-France-Comté

L’impact de la crise sanitaire, les confinements successifs et les règles de distanciation sociale avaient fait prendre conscience aux Français de l’importance de la pratique d’une activité physique sur leur bien-être physique et mental.
Entre 2019 et 2021, les habitudes ont été chamboulées… et malheureusement tout porte à croire que le retour à la vie quasi-normale se soit fait au détriment de la pratique sportive : 61% des habitants de la région Bourgogne-Franche-Comté déclarent pratiquer une activité physique, soit une baisse par rapport à l’avant-crise sanitaire (68% en 2019) et une chute en comparaison de 2020 (87%).
S’ils sont moins nombreux à pratiquer une activité sportive, les plus actifs en font plus longtemps : 29% des habitants de la région Bourgogne-Franche-Comté déclarent en effet pratiquer 3 heures de sport et plus par semaine, emportant ainsi la durée moyenne de pratique sportive à 3,7 heures hebdomadaires (vs 3,2h en décembre 2020). C’est la durée la plus importante jamais relevée depuis la création du Baromètre sport-santé en 2011 !

La vie d’avant…

« Une nouvelle fois notre baromètre est riche d’enseignements sur la manière dont les Français ont traversé la crise et l’année 2021 et comment ils se projettent sur l’année à venir. On peut y sentir une volonté de retour à une vie normale, la fameuse « vie d’avant » mais on constate sans équivoque à quel point les habitudes de vie ont été chamboulées ! L’activité physique, la famille et les moments de détente restent des repères importants et constants d’année en année. Pour autant, et c’est alarmant, la sédentarité augmente et touche principalement les femmes et les salariés. Si la COVID a fait prendre conscience de l’importance de pratiquer une activité physique pour notre bien être mental, physique et social, il ne faut pas qu’il y ait de retour en arrière et nous devons accompagner tous les Français en prenant en compte les besoins ou les difficultés de chacun. En tant que Fédération Sport Santé c’est notre mission …et c’est aussi notre conviction ! » explique Marilyne Colombo, Présidente de la FFEPGV (Fédération française d’éducation physique et de gymnastique volontaire).

Méthodologie de l’enquête :
Étude réalisée auprès d’un échantillon de 2003 personnes, âgées de 16 ans et plus, représentatives de la population Française du 3 au 10 décembre 2021. L’échantillon a été interrogé par Internet via le panel en ligne d’Ipsos. Pour bénéficier d’effectifs minimums dans chaque région, l’échantillon a été raisonné. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas, appliquée aux critères de sexe, d’âge, de profession de l’interviewé, de région et de catégorie d’agglomération.