Le temps des semailles

0
773
Gérard Bouvier.

La réforme des retraites a occupé le devant de la scène. Et quelques arrière-
boutiques. Nous avons connu beaucoup d’agitation, d’invectives et me revient en
boucle cette expression lancinante et préoccupante : « Qui sème le vent, récolte la
tempête… »
L’expression nous vient de la Bible dans le Livre d’Osée 1  : Puisqu’ils sèment le vent,
ils récolteront la tempête.
Mais si je cite ce passage des Saintes Écritures, sans vous en dire plus sur mes
intimes convictions, qu’allez-vous penser que je souhaite exprimer dans le contexte
d’aujourd’hui 2  ?
Ce sera selon vos propres certitudes. C’est « l’effet Barnum 4  ».

Certains penseront : il prétend que -selon lui- Macron l’aura bien cherché. Soit !
D’autres se diront : il explique que la Nupes a bloqué l’expression démocratique et
ne devra pas se plaindre des conséquences… Soit ! D’autres encore penseront que
cette expression est une critique de certains Républicains qui ont désavoué d’autres
Républicains qui ont fait de même et vice-versa et recto-verso. Soit !
Et d’autres penserons que les silences hostiles de l’extrême droite auront été bien
trop bruyants. Soit ! Ou pas assez ? Soit !
Il y en aura pour penser que je sous-entends que quelques affidés de droite ou de
gauche regretteront un jour le silence souscrit pour sauver leur strapontin. Soit ! 6-7
En somme Phineas T. Barnum grand homme d’affaire et de cirque avait raison
quand il disait qu’il faut qu’une représentation réserve à chacun selon ses goûts un
petit quelque chose d’extraordinaire, d’inoubliable. Au cirque, comme à la lecture de
l’horoscope et comme aussi dans les déclarations de nos politiques chacun trouvera
la séquence qui le réjouit et lui donnera l’envie d’y retourner.

Notes :

1-J’ai bien failli écrire ici « il fallait quand même Osée ! » mais c’est tellement facile
que je me déçois moi-même. Il y a -pour Hebdo 39- un niveau minimum d’élégance à
garantir.
Pour la même raison je passe sous silence le trivial : « Ceux qui bouffent des fayots,
récolteront la tem… »

2-Par « con-texte » ne croyez pas que je critique le compromis de la commission
mixte paritaire. C’est un texte qui vaut ce qu’il vaut mais qui a été choisi par tant de
bonnes gens 3 qu’il ne m’appartient pas d’en faire la critique.

3-Comme chacun sait « gens » est un pluriel masculin et l’on dira : les gens sont
méchants… Mais si l’adjectif qualificatif précède les gens, alors ils deviennent
féminins au grand désespoir des méchantes gens que les conquêtes féministes
irritent.

4-Phinéas T. Barnum fin connaisseur (et exploitant) de la crédulité humaine avait
compris que l’être humain donne du crédit et s’approprie de bon cœur une affirmation
flatteuse si on lui faire croire qu’elle le concerne. Cet effet est appelé aussi « effet
Forer » (ou effet de validation subjective) du nom du chercheur (24/10/1914 –
6/4/2000) qui a montré qu’un texte vague et confus décrivant une personnalité en
termes élogieux est vécu comme une très bonne description d’eux-mêmes par une
majorité de lecteurs. L’effet Forer permet de vendre des horoscopes, des tabliers,
décorés de cerises, illustrés de notre prénom, des bols made in China et même des
cartes postales érotiques 5 .
D’ailleurs, -le saviez-vous ? – les Gérard sont des personnes sensibles et
généreuses. Ils sont persévérants et ambitieux. Ils savent être parfois hypocrites
mais vous ne le saurez jamais tant les Gérard sont déroutants et agissent en finesse.

5-Comptez 1€50 sans l’enveloppe.
6-Soit ! est le subjonctif lexicalisé du verbe être. Devenu adverbe d’affirmation au
XIIIème siècle, soit ! a une valeur concessive. Si vous l’ignoriez peut-être vaut-il
mieux que vous disiez plutôt : Bon, bin ! OK ! … dont le sens est très voisin.
7-Une répétition volontaire d’un même mot à la fin d’une phrase s’appelle une
épiphore. C’est une figure de style comme quand je me regarde dans la glace. Si la répétition est involontaire ça s’appelle bégayer. On peut essayer l’orthophonie, la
psychothérapie, l’hypnose. On peut aussi trouver une autre phrase qui veut dire la
même chose. Dans tous les cas demandez conseil à votre médecin. Si vous en
trouvez un.