Rush des colis de Noël : retour à la normale

La Poste a néanmoins livré des cadeaux à tire larigot durant le mois de décembre, avec un trafic multiplié environ par deux par rapport à la normale.

0
112
Jusqu'à 10.000 colis transitent chaque jour sur la plateforme de tri de Lons : une cadence effrénée.

Chaque année, le père Noël travaille dur en amont du jour J, et ce ne sont pas ses lutins postiers qui diront le contraire. Durant ce mois de décembre, la Plateforme de Préparation et de Distribution Courrier (PPDC) de Perrigny a multiplié en moyenne par 2 son trafic de colis par rapport à un jour ordinaire. Un recul donc, après une année 2020 qui avait battu tous les records, avec un trafic multiplié par 3,5 par rapport à la normale. Des chiffres révélateurs de l’explosion du e-commerce en ces périodes de confinements et autres restrictions. L’activité colis de La Poste reste dynamique et haussière, comme le souligne Nathalie Bouley, attachée de presse du groupe, mais cette activité 2021 comparée avec l’année 2019 laisse supposer un retour des consommateurs vers les commerces « physiques » pour jouer au père Noël.
Quoi qu’il en soit, Thérèse Roy, directrice de la PPDC de Perrigny, a pris ses dispositions : près de 80 intérimaires s’ajoutent aux quelques 300 agents chargés de dispatcher les colis aux quatre coins du sud Jura. « Nous avons du pallier à l’absence de postiers parents d’élèves retenus à la maison, du fait de la fermeture de classes » confie t-elle.
Il a fallu aussi faire jouer le système D lorsque les chutes de neige ont rendu les routes des plateaux impraticables aux camions de plus de 7,5 tonnes : « Nous avons multiplié les tournées avec des camionnettes, l’objectif étant qu’aucun colis ne stagne au PPDC, car nous ne saurions de toute façon pas où les stocker ». Impossible en effet de pousser les murs, les quelques 1000 m2 situés dans la zone industrielle de Perrigny se transforment une véritable ruche durant cette période de pointe.

Thérèse Roy, au départ des colis du centre de tri de Perrigny.

Pas de vols de colis

Ici comme ailleurs, le syndrome Amazon a frappé, et les clients deviennent de plus en plus exigeants sur les délais de livraison. Il existe toutefois un incontournable pour éviter de ralentir votre colis : lui attribuer une adresse correcte et bien lisible ! Des colis passent dans la plateforme régionale de tri, située à Saint-Laurent la Mure (69), où officient des robots capables de trier des centaines de milliers de colis, mais bien incapables d’indiquer où se situe la « rue du Général de Gaulle » lorsque par exemple des hameaux ont fusionné dans une commune nouvelle.
Le Jura semble hélas épargné par une nouvelle mode touchant les métropoles : le vol de colis. Un vol de plus en plus répandu dans les boites à lettres des immeubles, soit par la manière forte (éventrer les boites), soit par la manière douce (utiliser un passe ouvrant toutes les boîtes postales). Hormis un quartier de Morez, aucun problème ne semble être remonté au 36 31 : « Un numéro national pour les réclamations, permettant de tracer les anomalies » précise Thérèse Roy, et le seul moyen pour faire connaître ses éventuelles doléances.
Le PPDC de Perrigny, ouvert chaque jour de 4h20 à 19h15 a investi dans un convoyeur de 15 à 20 mètres de long pour faciliter la tâche des postiers : « les colis roulent ainsi d’un côté à l’autre » explique Thérèse Roy. De quoi assurer le développement d’une activité en pleine forme…

La rédaction

Dans le Jura Nord aussi

La Plateforme (PPDC) de Dole achemine sur les secteurs de Chaussin, Poligny, Bracon Salins, Mont sous Vaudrey, Orchamps et Dole de nombreux colis : jusqu’à 4139 colis traités le 24 novembre soit 1.6 fois plus qu’une journée habituelle, et jusqu’à 5188 colis/jour en décembre, soit 2 fois plus de trafic. 155 agents s’y emploient, avec un renfort de 25 intérimaires, soit un total de 180. Cette année, les clients semblent avoir anticipé leurs cadeaux de Noël du fait des craintes de pénuries, semble t-il.