Jura. Un réseau de Femmes Élues s’implante dans le département.

Soutenir toutes les femmes qui s'engagent dans un mandat local et encourager la féminisation de la vie politique. Tel est le double objectif du nouveau réseau Élues Locales Jura. Avis aux amatrices...

0
438

Un réseau débute à partir de deux personnes…
C’est ainsi que Delphine Gallois (première adjointe aux Rousses et vice-présidente de la Communauté de communes Station des Rousses) ainsi que Catherine Bohême (déléguée municipale à l’économie et au tourisme à Salins-les-Bains et conseillère communautaire Communauté de communes Cœur du Jura), viennent « en binôme » de devenir officiellement Ambassadrices Élues Locales Jura.
Une démarche inédite dans notre département, ayant pour vocation de donner naissance au réseau Élues Locales Jura qui affiche un double objectif : soutenir toutes les femmes qui s’engagent dans un mandat local et encourager la féminisation de la vie politique.

Un lieu d’échange et de soutien pour les femmes élues

« Cela a débuté de manière un peu fortuite. Je suis allée au Congrès National à l’automne dernier et j’y ai rencontré sur place Catherine, tout à fait par hasard. Étant toutes les deux jurassiennes et assez séduites par l’état d’esprit qui y régnait, nous avons envisagé cette rencontre comme une opportunité d’essaimer le Jura tout entier. Catherine sur le Triangle d’Or et la région doloise, moi sur le Haut-Jura et jusqu’à Lons le Saunier » explique Delphine Gallois, enthousiaste à l’idée que ce réseau devienne un lieu d’échange et de soutien pour les femmes élues, qui souhaitent s’investir pleinement dans leur mandat et contribuer au développement de leur territoire.
« Nous ne sommes pas féministes ! Ce ne sont pas les positions clivantes ou extrémistes qui feront avancer la cause des femmes. Nous sommes beaucoup plus dans une volonté d’accompagnement, d’échanges sur différentes problématiques rencontrées, de questionnements sur la conciliation entre vie personnelle, professionnelle et politique  » tient à souligner l’ancienne candidate (Parti Radical / Horizons) aux législatives de 2022, arrivée 3ème.

Rigoureusement transpartisan et apolitique

De même, bien qu’il soit destiné aux femmes, le réseau n’est pas interdit aux hommes.
« Alain Juppé et François Hollande étaient présents à Paris, lorsque nous y étions » se remémore la première adjointe des Rousses.  Surtout, il se veut rigoureusement transpartisan et apolitique.
Au printemps aura lieu un lancement officiel. Y seront alors conviées plusieurs élues jurassiennes pour décliner sous différents formats courts (« after work », tables rondes, etc…) les problématiques liées à la parité, à la difficulté de gérer les affaires publiques, ou les risques environnementaux.
« Nous aborderons plus globalement cette sensation d’impuissance que l’on ressent souvent face à des situations compliquées ou conflictuelles, qui, c’est normal, n’incite pas à s’engager en politique » détaille, avec discernement, Delphine Gallois.

« Nous n’amalgamons pas l’équivalence et l’égalité »

Même enthousiasme à « faire bouger les lignes, mais de façon simple et positive » pour Catherine Bohême, qui au bout de son troisième mandat consécutif constate « un réel besoin de mieux comprendre nos situations et d’échanger à ce sujet ».
« Ce que nous souhaitons avant tout, c’est partager. La société est multiple. Nous ne voulons pas être comme les hommes. Nous n’amalgamons pas l’équivalence et l’égalité. Nous prônons simplement des approches un peu différentes ».
C’est pourquoi le réseau compte allier travail et convivialité, s’appuyant sur des formations venant du national portant par exemple sur la négociation, les contraintes du pouvoir, le respect des réglementations, ou encore la gestion des conflits.
« Nous avons déjà dans le réseau national des sénatrices, des députées. On aimerait aussi faire remonter certaines doléances. Par exemple, cela fait 10 ans que je cotise sur mon indemnité et cela ne me vaut même pas un trimestre de retraite. Les femmes étant plus exposées aux carrières hachurées, peut-être pourrions-nous soulever ce point, et améliorer les choses ? » espère la Salinoise.
Agir pour des lendemains meilleurs, qui s’en plaindra ?

Les élues du département peuvent rejoindre le réseau via la page Facebook « réseau des femmes élues du Jura » ou par mail : elueslocales39@gmail.com