Le pire est-il (enfin) derrière nous ?

L’économie régionale se rapproche de son niveau d’avant-crise. Ce qui raisonnablement, incite à un certain optimisme.

0
222

Malgré la circulation active du variant Delta de la Covid-19 durant l’été, l’impact économique du virus s’est nettement atténué comparé aux vagues précédentes du fait de mesures sanitaires moins contraignantes. En août 2021, le nombre d’heures rémunérées en Bourgogne-Franche-Comté se situe ainsi 2,3 % en dessous de son niveau d’avant-crise.
Le tertiaire marchand et la construction retrouvent des couleurs
avec un nombre d’heures rémunérées qui se rapproche nettement de son niveau d’avant-crise. L’entrée en vigueur du passe sanitaire dans les restaurants début août n’a eu qu’un  impact modéré sur l’hébergement-restauration. Les heures rémunérées sont en constante augmentation dans ce secteur depuis la fin du troisième confinement début mai.
L’industrie est le secteur le plus affecté durant l’été. L’activité est
pénalisée par des difficultés d’approvisionnement et la montée du prix des matières premières. Le volume d’heures rémunérées reste inférieur de 5,4 % à celui du mois d’août 2019.

Le montant des transactions bancaires en nette progression durant l’été

Les transactions par carte bancaire CB, permettant d’estimer
l’évolution de la consommation des ménages, ont été moins impactées par la crise sanitaire en 2021 qu’en 2020.
Avec le retour des beaux jours et la fin des restrictions de
déplacement depuis le 3 mai 2021, elles repartent nettement à la hausse. Elles sont en moyenne supérieures de 10 % à leur niveau de 2019.
Durant les vacances d’été, cette hausse des transactions est
particulièrement marquée, avec des opérations qui dépassent nettement celles relevées durant la même période en 2019. Dans la région, elles sont en moyenne 12 % supérieures avec un pic à + 17 % la première semaine d’août.
Dans la région, ce sont surtout le Jura et la Saône-et-Loire qui se
distinguent. En moyenne, le montant des transactions par carte bancaire CB pour ces deux départements dépasse de plus de 15 % celui des transactions de l’été 2019 !
En Côte-d’Or et dans le
Doubs, la hausse reste conséquente, autour de 10 %. Elle est un peu plus mesurée dans le Territoire de Belfort (+ 7,6 %), un département moins touristique.

 

La création d’emplois s’amplifie au deuxième trimestre

Au deuxième trimestre 2021, l’emploi continue sa progression en
Bourgogne-Franche-Comté (+ 0,5 %). La hausse est nette avec 4 400 emplois créés ce trimestre, contre 2 300 au trimestre précédent. Cette évolution est principalement portée par le secteur privé qui gagne près de 3 900 emplois et progresse de 0,5 %. Après une baisse importante au premier trimestre, l’emploi public repart légèrement (+ 500 emplois).
Le dynamisme de la création d’emploi au deuxième trimestre
se retrouve dans quasiment tous les départements de Bourgogne-Franche-Comté. Seul le Territoire de Belfort perd des emplois, – 220 ce trimestre.
Comparé au deuxième trimestre 2020 en pleine crise sanitaire
, la Bourgogne-Franche-Comté regagne plus de 23 000 emplois (+ 2,4 %). L’emploi dans la région reste néanmoins 0,7 % en dessous de son niveau d’avant-crise, soit 7 000 emplois de moins.

Reprise dans l’hébergement-restauration

Le secteur des services marchands hors intérim est celui qui
a le plus progressé ce trimestre avec 1,4 % d’effectifs en plus. Il profite nettement du rebond de l’hébergement-restauration dont l’emploi augmente de 9,6 %, soit 2 800 emplois créés ce trimestre !
Les services aux ménages enregistrent une hausse de 1,1 %. Secteur resté dynamique pendant la crise sanitaire, la construction se stabilise ce trimestre tout comme l’industrie. La progression de l’emploi dans ces deux secteurs est ralentie par les difficultés
d’approvisionnement. Seule l’industrie agro-alimentaire affiche un
bilan positif pour les créations d’emplois, + 0,6 %.
Plus gros employeur de la région, les
effectifs des services non-marchands se maintiennent ce trimestre (+ 0,1 %) après la baisse du trimestre précédent.

 

Dans le secteur de l’hébergement-restauration, l’emploi a augmenté de 9,6 %, soit 2 800 emplois créés ce trimestre.