Le nouveau préfet veut aider le Jura

Serge Castel, préfet pendant deux ans dans le Cantal, vient de prendre ses fonctions. Entretien…

0
86
Serge Castel a pris ses fonctions officiellement mardi 23 août.

D’ingénieur divisionnaire des travaux publics au ministère de l’écologie et du développement durable à directeur départemental des territoires dans les services du Premier ministre, Serge Castel a travaillé avec des grands préfets dans la région parisienne et les Bouches du Rhône, avant de devenir lui-même préfet dans le Cantal il y a deux ans. Il rejoint aujourd’hui le Jura et a tout de suite donné le ton : « direct », avec une « culture de projets et de résultats », « dans une volonté d’aider les territoires »…

Des sujets préoccupants

Il ne connaît pas le Jura. « C’est un plus. Je n’ai pas d’a priori. » Mais il semble impatient de le découvrir et avoue une « curiosité » pour le Haut Jura. En quelques heures, il s’est déjà imprégné des sujets qui préoccupent ses habitants. L’eau d’abord. « C’est un sujet qu’on va devoir prendre à bras le corps. » L’agriculture ensuite. « La sécheresse va avoir des dégâts sur l’économie agricole. Elle se double des difficultés liées au contexte international. Le sujet est d’aller au contact des agriculteurs et de remonter leurs difficultés au ministère. » Le préfet sera vigilant également à la problématique du loup.
Il communiquera après les retours d’expériences sur les incendies cet été afin de rendre le territoire « plus résilient » face aux feux de forêts. Côté délinquance, il se dit inquiet des chiffres concernant les accidents de la route et de l’augmentation des violences intrafamiliales : « des sujets qui me tiennent à cœur. »
Le préfet prévient enfin qu’il sera « très présent auprès des élus ». Il souhaite collaborer avec les collectivités, les chambres consulaires, pour que des personnes extérieures viennent s’installer et répondre ainsi au souci des entreprises qui peinent à recruter. « Les élections sont passées. Nous avons quatre ans de répit devant nous. Il est temps d’œuvrer tous ensemble plutôt que de se diviser. » Serge Castel a prévenu : il sera un « facilitateur » et il veut « aller vite ».