Jura : une progression touristique considérable

Le Jura est le seul département de la Région dont la fréquentation hôtelière est supérieure à son niveau d'avant-crise. Explications.

0
6305
(Crédit photo : Benjamin Becker / BFC Tourisme).

Les raisons du succès touristique du Jura

« L’effet campagne » devient une valeur sûre.

Lors des dernières vacances scolaires et des fêtes de fin d’année, comme sur l’ensemble du quatrième trimestre 2022, la fréquentation dans les hôtels de Bourgogne-Franche-Comté était redevenue inférieure à son niveau de fin 2019.
Les touristes résidant en France comme ceux résidant à létranger sont moins venus dans la région. En cela, laugmentation de la clientèle européenne ne compense pas labsence de la clientèle chinoise…
Par ailleurs, le tourisme d
agrément est toujours en deçà du niveau de fin 2019.
En
revanche, la clientèle daffaires, qui représente près de deux tiers des nuitées, est en nette progression.

Les clientèles résidentes en chute libre

Avec un déficit de près de 80
000 nuitées au quatrième trimestre 2022 par rapport à 2019, la Bourgogne-Franche-Comté est la région où la baisse de fréquentation est la plus importante ce trimestre. À l’inverse, l’Île-de-France (+3,6 %) et la Corse (+5,2 %) affichent les plus fortes hausses du nombre de nuitées touristiques.
La fréquentation de la clientèle résidente (qui représente huit nuitées sur dix), recule de 40 800 nuitées au quatrième trimestre 2022 par rapport à la même période de 2019 !
Cette baisse de
-3,4 % est la plus forte des treize régions métropolitaines.
En France métropolitaine, les clientèles résidente et non résidente
contribuent à la hausse de la fréquentation dans les hôtels. La clientèle non résidente devient même le principal
contributeur de cette croissance.

Mais taux d’occupation se maintient

En Bourgogne-Franche-Comté, le
taux d’occupation moyen s’établit à près de 50,7 % ce trimestre, et affiche un léger gain de 0,4 point par rapport au quatrième trimestre 2019.
Entre fin 2019 et fin 2022, le parc hôtelier de Bourgogne-Franche-Comté
s’est réduit de plus de 8 % et son nombre de chambres de près de 6 %.
C’est précisément cette offre de chambres en diminution qui, cumulée à fréquentation en baisse,
permet le maintien du taux d’occupation.

En Côte-d’Or et dans le Doubs, la fréquentation est sensiblement inférieure à son niveau d’avant-crise

Avec 33
300 nuitées de moins en Côte-d’Or et 20 800 de moins dans le Doubs, la fréquentation hôtelière dans ces deux départements baisse nettement.
La Côte-d’Or est cependant l’unique département de la région à bénéficier d’une
légère hausse de sa clientèle résidente (+1
%). Elle reste par contre pénalisée par la baisse de la fréquentation des non-résidents (-20 %).
Exception confirmant la règle, le Jura est le seul département dont la fréquentation hôtelière est
supérieure à son niveau de 2019 (+2 %). Il enregistre près de 1 800 nuitées supplémentaires. Cette fréquentation est soutenue par la clientèle non résidente, en hausse de 14 %.

 

Tous les indicateurs sont au vert…

Au 4ème trimestre 2022, voici les principales données à retenir pour le département du Jura, en comparaison avec le 4ème trimestre 2019. De quoi laisser augurer un certain optimisme.

Au quatrième trimestre 2022, le nombre de nuitées s’établit à un peu plus de 90 000, soit une hausse de 2 % (1 700 de plus qu’en 2019) !
Celles du Jura représente 6,3 % des nuitées de la région BFC.
Le nombre de nuitées de clients habitant en France (résidents) atteint 75 000. Il est stable (-130 nuitées). Quant au nombre de nuitées non-résidentes (15 000 nuitées), il est en forte hausse (+ 14 %).
Or, c’est grâce à elles que le Jura dépasse son bilan 2019 (+1 900 nuitées non-résidentes). Les nuitées non-résidentes du Jura représente 5 % de celles de la Bourgogne-Franche-Comté, elles étaient de 4 % en 2019.
Parmi les non-résidents fréquentant les hôtels jurassiens, on note une hausse des nuitées belges (+20 %), britanniques (+62 %), italiennes (+70 %), néerlandaises (+39 %) et même américaines (+75 %).
Les nuitées les plus nombreuses dans le Jura sont allemandes (2 600 nuitées) mais en recul de 2 % ce trimestre.
La part de la clientèle d’affaire est de près de 61 %, en progression de 3 points !
Entre fin 2019 et fin 2022, le nombre d’hôtel jurassiens ouverts s’est réduit de près de 13 % et son nombre de chambres offertes de près de 7 %.
Aussi avec une fréquentation en hausse, le taux d’occupation des hôtels est de 49,5 % en progression de 4 points par rapport au dernier trimestre 2019.
D’après nos informations collectées auprès des différents domaines concernés, il semblerait que la tendance soit similaire pour les autres formes d’hébergement.
Qu’on se le dise, le Jura fait recette !

 

Fin 2022, la fréquentation hôtelière peine à retrouver son niveau d’avant-crise, sauf dans le Jura !