Le CSL veut remonter et rester en Fédérale 2

C’est l’objectif que le comité directeur a affiché lors de l’assemblée générale. Le club de rugby en a la capacité.

0
914
Le comité directeur du CSL devrait évoluer après le 30 juin.

Le Cercle sportif lédonien vient de réunir son assemblée générale. L’occasion de revenir sur la saison 2022-2023 et d’afficher les objectifs de celle en cours.

Christophe Vojetta est revenu sur la descente des seniors. « Le maintien était à six victoires, nous en avons eu quatre. On se dit qu’on aurait pu faire mieux, mais il y a aussi des satisfactions : 70 joueurs aux entraînements. » La relégation a eu un impact sur le mouvement des jeunes : une trentaine sont partis. Mais il y a eu des belles surprises dans les recrues et 24 nouveaux sont arrivés. Christophe Vojetta se réjouit aussi d’avoir accueilli Charles Meynier dans l’équipe coach. « Nous sommes optimistes cette année. L’objectif est de qualifier les deux équipes, l’équipe première et l’équipe de réserve. »

Le CSL a l’ambition de remonter dès cette saison en fédérale 2 avec 70 % des joueurs issus du club. « Je pense que le CSL a la capacité de jouer en fédérale 2 de manière durable », a appuyé son président, Joël Tomakpleconou.

Autres objectifs sportifs : retrouver les deux étoiles du label de l’école de rugby, pérenniser le centre d’entrainement labellisé, créer un référentiel commun et retrouver un pilote pour le pôle jeunes et enfin, finaliser des accords avec des clubs de niveau supérieur, a résumé James Koegler.

Un résultat négatif

Le CSL a terminé sa dernière saison avec un résultat négatif. Le commissaire aux comptes a précisé que beaucoup d’associations sont dans cette situation. « La vie d’une association n’est pas un long fleuve tranquille, a appuyé son président. Il y a des hauts, des bas. L’important est de connaître le chemin où nous voulons aller, convaincre les élus de nous accompagner à structurer. »
Les bâtiments étaient dans tous les esprits, mais rien n’a filtré. Une solution public-privé pourrait néanmoins voir le jour en quelques mois.

« J’arrête la présidence »

A l’issue de l’assemblée générale, c’est avec beaucoup d’émotion que Joël Tomakpleconou a annoncé qu’il arrêterait la présidence le 30 juin prochain.
« Au 30 juin 2024, j’aurai passé 21 ans au club. Le moment est venu pour moi de prendre du recul. De prendre de la hauteur pour préserver les miens. Très égoïstement me dira-t-on ? C’est mon choix, une décision mûrement réfléchie. Je laisserai les uns et les autres juger de nos actions et de nos prises de décisions. Avec le comité directeur, nous l’avons fait avec cœur, avec nos armes, en espérant convaincre le plus grand nombre. Nous n’avons pas été parfaits. Très humblement, j’espère avoir contribué à ma juste mesure au rayonnement de notre club. D’autres pourront poursuivre le combat de valeurs extraordinaires qu’est de présider à la destinée d’une association aussi prestigieuse que le Cercle sportif lédonien. Je ne garderai que le bon et au fond de moi la chaleur humaine ressentie. Comme annoncé, j’assumerai sans fléchir jusqu’au 30 juin, afin de laisser la place à un nouveau président. Je me désengagerai progressivement si on m’en donne la possibilité pour finir au 30 juin. »

 

Ils ont dit…

 

Jean-Yves Ravier, maire : « Nous nous sommes rencontrés lundi avec Antoine Jaillet et Joël car nous avons bien conscience qu’il y a des manques. Nous avons conscience que l’attractivité de notre territoire passe par les associations et notamment sportives, mais il y a aussi le petit bémol : nous avons des budgets à tenir. Une nouvelle réunion de travail aura lieu début février ».

Crédit photo : Ville de Lons-le-Saunier.

Antoine Jaillet, vice-président en charge du sport à Ecla : « L’état des terrains est compliqué. Ils ont souffert de la sécheresse puis des pluies cet automne. Nous travaillons pour avoir un terrain synthétique. J’espère pouvoir intégrer une étude en 2024 puis une mise en œuvre en 2025 ».

Crédit photo : Ville de Lons-le-Saunier.

Jean-Philippe Thiriet, conseiller municipal délégué aux sports : « Nous avons sollicité les clubs pour mettre en place une animation sportive autour des jeux olympiques. Le CSL a répondu positivement. Une journée spécifique est également envisagée sur la place de la Liberté dans le cadre des jeux paralympiques ».

Crédit photo : Ville de Lons-le-Saunier.