Le chômage en Bourgogne-Franche-Comté, au plus bas depuis 10 ans

0
348

C’est par la voie d’un communiqué de presse que le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, et préfet de la Côte-d’Or, Fabien Sudry a confirmé que les données du quatrième trimestre 2021 des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi font état d’une forte baisse du chômage depuis un an, mai aussi et surtout portent le niveau des demandeurs d’emploi au plus bas depuis 10 ans sur la région Bourgogne-Franche-Comté.
Ainsi, a
u quatrième trimestre 2021, dans notre région, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A s’établit à 106 250, soit une baisse de 6 % sur le trimestre (- 6 830 personnes) et de 13,2 % sur un an, comme au niveau national.
La tendance est identique pour les demandeurs d’emploi de catégories ABC qui voient leur nombre diminuer de 3,1 % sur le dernier trimestre 2021 et de 5,1 % en un an (respectivement 3,8 % et 6 % pour le niveau national).

-8,5 % dans le Jura !

Ces résultats confortent les tendances observées le trimestre précédent avec une nouvelle baisse importante de la demande d’emploi de catégorie A et ce, même si le rythme s’atténue légèrement (-6% après -7,1% au 3 trimestre). Le niveau de demandeurs d’emploi est le plus bas observé depuis 10 ans et chaque département
enregistre une baisse allant de -4,6 % dans le Territoire de Belfort à -8,5% dans le Jura !
De plus,
l’ensemble des tranches d’âges est concerné avec une prime pour les plus jeunes (-8,8%) et une baisse moindre pour les seniors (-4,4%).
Les résultats montrent également de nouvelles tendances qui demandent à être confirmées : d’une part, les demandes d’emploi en activité réduite (catégorie BC) se stabilisent ; d’autre part, pour la première fois, depuis le début de la crise sanitaire, le nombre de demandeurs d’emploi toutes catégories confondues diminue (-3,7%).
« Ces bons résultats sont également le fruit de l’appui aux entreprises par l’activité partielle durant la crise, de la relance de notre économie par des aides adaptées et le résultat de l’entrée en formation des jeunes en apprentissage, également en nette augmentation sur les deux dernières années » estime Fabien Sudry.