Le Caveau des Artistes honore deux peintres San claudiens tout le mois de mars

0
244
Toute la famille Jacquemin-Vidaillet réunie lors du vernissage à la salle d'honneur de la mairie.

Anne-Marie Vidaillet qui est née à Saint-Claude en 1891, où elle passa également les dernières années de sa vie, a résidé néanmoins de nombreuses années à Clairvaux-les-Lacs. Autodidacte, elle apprend seule les bases du dessin et de la peinture à l’huile mais se perfectionne ensuite dans l’atelier du portraitiste, Tony Tollet professeur aux Beaux-Arts de Lyon. Peintre figuratif, elle sait rendre avec précision les jeux de lumières sur les cuivres ou les feuilles argentées des fleurs de chardons. Également paysagiste, elle sait faire ressortir  la flamboyance des automnes des paysages jurassiens, le vert éclatant du printemps ou la poésie des vieilles rues. Tout au long de sa vie d’artiste (décédée en  1974), Anne-Marie Vidaillet présentera ses œuvres dans d’innombrables expositions et salons, en France et à l’étranger, et sera reconnue et primée plusieurs fois. Le  livre «Peintres du Jura» de Pierre- Yves Deroche, édité par le Centre jurassien du patrimoine la réunit avec son petit neveu Daniel Jacquemin.

Bon sang ne saurait mentir…

Daniel Jacquemin est né à Saint-Claude peu après la guerre en 1948, ville qu’il ne quittera jamais d’ailleurs et au sein de laquelle il exercera son art. C’est auprès de sa grande tante Anne-Marie, qu’il a trouvé chaleur et encouragements et a appris les bases de la technique pour la peinture à l’huile. Il a souvent fait l’objet de plusieurs présentations de ses toiles au Caveau des Artistes. C’est un peintre figuratif, avec certains aspects de la tradition des impressionnistes. Il est également apprécié pour ses natures mortes. Avant tout c’est un amoureux de la lumière, il sait, par ses traits et couleurs, faire vibrer l’émotion et nous faire partager sa sensibilité, pour des objets ou de paysages qui l’ont touché et particulièrement, les paysages du Haut-Jura.
Décédé en 2018, il laisse une œuvre qui lui survit et qu’il est important de faire vivre en l’exposant une nouvelle fois.
A noter sur les agendas…