Le BiathLison à La Serra au pied des pistes, un vrai succès

Le sport populaire a besoin de locomotives pour fédérer.

0
222
Quentin Fillon Maillet très heureux de signer des autographes aux petits biathlètes en herbe.

Lison Cannard de Lamoura n’est plus depuis presque un an. Chacun se souvient de ce terrible drame survenu l’année passée sur la route de l’école du village haut- jurassien. En hommage à Lison, samedi toute la journée au pied des pistes de La Serra à Lamoura a eu lieu le BiathLison, une sorte de grande fête du biathlon destinée aux enfants. Aux manettes de l’évènement on retrouve les parents de Lison dont Ferréol Cannard le papa, médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Turin en 2006 et aux championnats du monde 2004 avec le relais tricolore et le club de ski de la jeune fille l’association Haut-Jura Ski du président Rodolphe Bouton. Ce BiathLison se présentait sous la forme d’une épreuve qui combine un Nordic skiercross (parcours ludique d’obstacles et de sauts en ski de fond en  skating) suivi d’un tir type biathlon (avec carabine à air comprimé à 10m). Ce road movie d’hiver pour enfants garçons et filles était réservé aux licenciés FFS des catégories U11 et U13. Le matin les U13 officiaient et l’après-midi était prévue pour les U11. Un téléski pour remonter dans la pente était mis à disposition de l’évènement.

Et Quentin arriva….

De nombreux anciens champions de biathlon (médaillés olympiques et mondiaux) encadraient  les participants durant l’épreuve de tir. Les participants venus en masse  (environ 160 enfants) comme les spectateurs auront pu reconnaitre et saluer durant cette belle fête du ski, les Vincent Defrasne, Sylvain Guillaume, Aurore Jean, Jean-Marc Gaillard, ou encore Anaïs Bescond. Le clou du spectacle fut atteint avec l’arrivée sur le coup des 16h30, du multi médaillé olympique à Pékin, soit Quentin Fillon Maillet en personne, venu du Grandvaux. La chasse aux autographes allait donc commencer pour les gamins, dont les yeux s’ornaient de mille feux. C’était la piste aux étoiles. Et le champion le sourire aux lèvres, la mine ravie se prêta de bonne grâce à ce marathon d’écriture. Tout était bon pour emporter le précieux trophée, un vieux bonnet, un serre-tête, une manche de combinaison ou de survêtement, tout tissu ou papier faisait l’affaire. Un vrai régal pour les yeux devant cette joie et cette effervescence des jeunes. A refaire l’année prochaine…