L’accaparement du foncier dénoncé par la Confédération Paysanne

Une action spectaculaire des militants de La Confédération Paysanne.

0
256
Une marche bon enfant avec chants et musiques pour une bonne cause.

Samedi matin dans un petit village du bas Jura en Revermont, un petit millier de personnes selon les syndicats s’était donné rendez-vous au rond-point de Sellières  pour une marche pacifique et bon enfant en direction de Passenans, à l’initiative de la Confédération Paysanne syndicat agricole français, auquel s’étaient adjoint deux mouvements écologistes Soulèvements de Terre et Extinction Rébellion.
Un vrai succès de cette première action nationale d’envergure 2022, selon les organisateurs, afin de « lutter contre l’accaparement des terres, une problématique devenue de plus en plus préoccupante dans ce bas Jura » selon le porte-parole départemental, le vigneron Steve Gormally. Les vins du Jura, du fait du bon travail fourni par les agriculteurs et viticulteurs locaux et des énergies nouvelles venues depuis une quinzaine d’années, ont amené une émulation bénéfique (50% de la vigne dans le Jura est en agriculture biologique), et cela produit beaucoup de vins de qualité, et donc finalement un succès pour ces vins du Jura devenus rares et recherchés, sur un tout petit vignoble…

Une spéculation effrénée…

Mais revers de la médaille, tout est en train de basculer avec du foncier, qui du coup devient très prisé et très difficile à trouver et avec des prix qui explosent. Et bien sûr la spéculation foncière va bon train dans le vignoble jurassien comme ailleurs en France. Il est urgent de mettre en place une grande loi foncière qui protège l’outil de travail des paysannes et paysans, car par exemple les outils classiques des SAFER sont dépassés devant les montages des spéculateurs-financiers à la manœuvre.
A titre d’exemple, un domaine viticole était visé et le cortège a donc traversé Passenans avec chants et musiques avant d’investir une friche de près de deux hectares. Tenailles, cisailles et égoïnes ont fait leurs œuvres en entamant une remise en état de cette parcelle en friche pour la reprendre selon les  termes syndicaux consacrés «aux financiers» et la remettre ainsi en culture pour qu’elle retrouve son usage agricole habituel pour un accès au métier à des jeunes paysannes et paysans motivés…