La route des sapins, un trésor bien gardé

Quoi de mieux qu’une balade sur la route des sapins pour découvrir la forêt jurassienne, son histoire, sa faune, sa flore et tous ses secrets. Ce circuit qui relie la ville de Champagnole à la commune de Levier est rythmé par une vingtaine de lieux à ne pas rater.

0
2281

Des sapins…

Départ de multiples circuits pédestres, la route des sapins protège aussi des merveilles de la nature qui passent parfois inaperçues aux yeux des touristes. C’est une agréable balade forestière, les yeux vers le ciel, pour admirer les arbres remarquables, qui boisent notre région.

Ne vous y méprenez pas, nos forêts regorgent de conifères divers, et du majestueux roi des forêts : le sapin ! Et c’est bien connu, ces arbres poussent par milliers chez nous. Mais avez-vous remarqué que certains redoublent d’effort pour être les plus majestueux ? En vous promenant dans la forêt de Levier, à hauteur de Grand Combe-Chateleu, vous croiserez le sapin président, élu le 11 octobre 1997 plus bel arbre de celle-ci. Un conifère de cinquante et un mètres de haut et d’une circonférence de plus de quatre mètres.

Vous trouverez aussi l’un de ses frères au cœur de la forêt de la Joux : un sapin d’une hauteur de quarante-cinq mètres qui a fêté ses deux cent cinquante ans il y a quelques années. Choisi en 1964, il est aujourd’hui le plus grand régnant de toute l’histoire des sapins présidents.

… et des épicéas !

Non loin de ces sapinières, se tient le site des épicéas du Roi-de-Rome. Plantés en 1811 pour honorer la naissance du fils de Napoléon Ier, ces arbres majestueux dépassent aujourd’hui les cinquante mètres, et mesurent jusqu’à trois mètres de circonférence. De quoi impressionner !

Le passage de Chalamont

Le circuit jalonné de vingt et un sites touristiques est aussi connu pour son passage antique, le passage de Chalamont. Au cours de la route des sapins, dans la forêt de Maublin sur la commune de Levier, vous ferez un petit bout de chemin sur un sentier médiéval du XVème siècle utilisé par les voituriers du Haut-Jura pour se rendre dans la région de Saint-Jean de Losne. Au fur et à mesure que l’on avance, le chemin pavé se rétrécit avant de ne devenir qu’un simple passage dans un bloc de rocher dans lequel un passage pour les chariots a été taillé.

Appelé Pierre qui Vire, homme à la hotte ou encore fauteuil de Napoléon, le mégalithe fait l’objet de plusieurs légendes. Il est raconté qu’un géant épris d’amour pour une jeune fille de Plasne se serait un jour mis à sa poursuite. Au moment où il était sur le point de la rattraper, il fut changé en pierre. Les dieux lui ont cependant permis de sortir de l’immobilité une fois tous les cent ans. Certainement déjà emprunté au VIème siècle avant J.C., le passage de Chalamont a ensuite servi de route au commerce du sel salinois au XIIème siècle