La course de ski de fond «Les Belles Combes» a fêté ses 40 bougies

«Du Paris Givré aux Belles Combes».

0
400
La 40ème Course des Belles Combes en classique de 39kms est partie dans des conditions difficiles.

La course des «Belles Combes» de La Pesse a donc 40 ans cette année. Mais son histoire est quelque peu atypique.
Bizarrement, les fondations de cette épreuve montagnarde se trouvent à…Paris !
Avec les Jeux Olympiques d’hiver de Grenoble en 1968, La France (citadine) découvre le ski de fond. L’engouement ne se dément pas les années qui suivent. En France les centres de ski de fond se mettent en place pour donner des rudiments de technique à ces citadins et leur apprendre la glisse. À cette période presque chaque vendredi soir un bus couchettes partait, rempli, de Paris sur Chapelle des Bois pour amener des parisiens en stage à l’Accueil Montagnard de Chapelle. Ainsi, depuis les années 70, les Championnats de Paris, étaient organisés chaque année aux Rousses. Mais ce n’était qu’une caricature de championnats…

La Pesse dit oui au «Paris Givré»

Il fallait encore trouver le terrain pour organiser une vraie  course, parce qu’à Chapelle des Bois il y avait déjà L’Envolée Nordique! Néanmoins un autre village du Massif Jurassien, La Pesse, était très intéressé et donne tout de suite une réponse favorable, car passionné par l’idée. Voici la naissance en 1983 de la course populaire comme on le connaît aujourd’hui, mais qui s’appelait le «Paris Givré», sous l’impulsion bénéfique de Boris Pétroff, alors rédacteur en chef du canard « Ski de Fond Magazine ». Depuis cette date, chaque année, le Paris Givré, course populaire de ski de fond en style classique, a été organisée à La Pesse. D’abord par les Parisiens, puis de plus en plus l’organisation a été reprise par les locaux dans les années 2000, qui ont adopté l’enfant des Parisiens et l’ont renommé  «Les Belles Combes», un nom qui met à l’honneur son territoire»! Et c’était donc le week-end dernier la 40ème édition un peu délocalisée, car les conditions météo n’étaient guère favorables. Mais elle eut lieu avec des concurrents motivés, des bénévoles à remercier pour leur implication, et un public présent malgré les conditions difficiles et c’est l’essentiel…