Jura. Une gréve consciencieuse dans les centres des impôts et les trésoreries

"En 3 ans, 2 des 4 centres des impôts du Jura ont été fermés" s'insurge Solidaires Finances Publiques qui a organisé une journée de grève mardi 21 mai, date butoir de la déclaration d’impôt sous forme papier. L'occasion aussi pour le syndicat de dénoncer "cette fâcheuse manie de nos dirigeants à reporter sur le citoyen les tâches jusqu’alors dévolues à l’administration (déclarations d’impôts, mise à jour des biens immobiliers, ...)", de même que le manque de personnels, l'absence de reconnaissance de la conscience professionnelle collective, ainsi qu'une perte de pouvoir d’achat de 25 % en 20 ans.

0
210
Les grévistes sur le marché, mardi matin.

Ils sont déterminés à « agir pour le bien commun ».
Le syndicat Solidaires Finances Publiques (centres des impôts, trésoreries…) du Jura a relayé le préavis de grève initié au niveau national, en réponse aux multiples annonces du ministre Guerini, « alimentant la stratégie presque institutionnelle de destruction du service public ».
« Nous insistons sur notre volonté de ne pas pénaliser les usagers pendant cette campagne de déclaration des revenus, mais bien au contraire de les soutenir dans leur désarroi face à la déshumanisation des services publics en général, et des services fiscaux en particulier.
Sous prétexte de « modernisation » , l’état justifie un élan drastique de fermetures des centres des impôts et des trésoreries en se réfugiant dans le dogme de la « dématérialisation » par le « tout internet » , sacrifiant et isolant, tant techniquement que géographiquement, toute une frange de la population, dont les personnes âgées en premier lieu » soulignent les grévistes.

En 3 ans, 2 des 4 centres des impôts du Jura ont été fermés !

Et d’ajouter :
« En 3 ans, 2 des 4 centres des impôts du Jura ont été fermés !
Face à cette destruction subie par nous, fonctionnaires, mais aussi et surtout par vous, citoyens contribuables, nous avons donc décidé d’une journée de grève ce mardi 21 mai, date butoir de la déclaration d’impôt sous forme papier ».
Une journée de salaire sacrifiée qui s’est finalement transformée en bénévolat, puisque les grévistes tenaient une permanence sur le marché de Dole…
« Nous sommes là pour évoquer les questions fiscales, échanger sur la situation des services publics, et notamment sur cette fâcheuse manie de nos dirigeants à reporter sur le citoyen les tâches jusqu’alors dévolues à l’administration (déclarations d’impôts, mise à jour des biens immobiliers, …) » détaillaient sur place les personnels des services fiscaux.

« Des conditions de travail sérieusement dégradées »

« Les principales difficultés qui pèsent sur les services publics et les agents de la fonction publique sont connues : manque de budget de fonctionnement et d’investissement, conditions de travail sérieusement dégradées par manque de personnels, absence de reconnaissance de la conscience professionnelle collective, concrétisée par une perte de pouvoir d’achat de 25 % en 20 ans…
Pour Solidaires Finances Publiques, sans amélioration notable de ces conditions, les services publics continueront à se dégrader, tout comme l’attractivité de ses métiers.
Seule une indexation des rémunérations sur l’inflation, comme cela a été adopté pour les retraites, pourrait initier un regain d’intérêt envers les métiers de la fonction publique… C’est seulement en ça que la réforme que souhaite porter le ministre à l’automne pourrait être synonyme de progrès social » réaffirmait sur le marché de Dole, mardi matin, Yvan Nagenrauft, secrétaire départemental du syndicat, entouré des siens.