Lons-le-Saunier. Jean-Philippe Huelin candidat à la Ville de Lons-le-Saunier

A moins de deux ans des prochaines élections municipales, le conseiller d’opposition estime qu’il est « plus que temps de préparer l’avenir et que des Lédoniennes et des Lédoniens se mettent au travail pour sortir notre ville de sa léthargie ».

0
337

« Il n’est pas trop tôt. » Et ce n’est pas une surprise que Jean-Philippe Huelin, conseiller municipal d’opposition, soit candidat à la Ville de Lons-le-Saunier en 2026. « J’avais dit il y a un an que j’irais si je me sentais prêt. La candidature sert à mobiliser les bonnes volontés. Former des Lédoniens qui ont envie de s’engager, cela prend du temps. »

Jean-Philippe Huelin veut aussi proposer un projet réaliste et ambitieux pour Lons-le-Saunier et son agglomération. Car il « raisonne » pour les deux collectivités. Il a déjà priorisé des axes. La jeunesse, « à laquelle nous devons porter la plus grande attention au moyen des politiques éducatives, culturelles et sportives qui doivent être élevées à la hauteur de ce défi civilisationnel ».

La sécurité publique est un autre défi. « Il n’est pas acceptable que des femmes et des hommes se promènent dans les rues de Lons en ayant la crainte qu’on puisse s’en prendre à leur personne, répète-t-il. La sécurité est la première des libertés. Notre sécurité, sentiment et réalité à la fois, ne peut pas être laissée aux mains de personnes, comme l’actuel maire, qui pensent avec naïveté qu’elle pourrait être négligée car relevant d’un vague sentiment. »

Intelligence collective

A ceux qui pensent que des « amis » comme Sophie Olbinski ou Cyrille Brero pourraient également se porter candidat, il répond qu’il compte sur l’intelligence collective. « Le plus large rassemblement possible doit se faire pour éviter à notre ville la calamité d’une réélection de l’actuelle majorité. »

Il pense être légitime. « J’ai l’impression depuis quatre ans d’être le plus dynamique dans une opposition constructive au maire de Lons-le-Saunier et au président d’Ecla. » Sa liste sera « sans étiquette car moi, je n’en ai pas, les partis offrent plus un boulet qu’autre chose pour des municipales, je ne pourrais pas rassembler une majorité de Lédoniens sur une opposition gauche-droite qui ne veut rien dire ».