Jean Castex a visité le Jura

Le Chef du Gouvernement s'est rendu à Champagnole, Gevingey, et Arinthod.

0
182
C'est entouré des principaux élus du département, que Jean Castex a visité le Jura.

Le premier ministre, en poste pour quelques semaines encore, était en visite dans le Jura ce vendredi 11 mars.
Et c’est notamment la problématique de l’industrie, qui le guidait sur les terres jurassiennes, afin d’annoncer le soutien à 10 projets de reconquête industrielle dans le Haut-Jura dans le cadre du dispositif «choc industriel».
Un déplacement le conduisait préalablement à Champagnole, à la scierie Grandpierre,  entreprise qui promeut l’appellation d’origine contrôlée Bois du Jura depuis 2019. Une sorte de Made in France… déclinée à la sauce Made in Jura.
Sur place, le Premier Ministre l’a rappelé :
« Le bois est au cœur des enjeux de notre souveraineté : il est stratégique pour favoriser notre indépendance énergétique, la décarbonation de notre industrie et de la construction, conforter notre ambition climatique et la préservation de la biodiversité.
Nous devons permettre à nos industries d’être plus compétitives et d’augmenter leurs volumes de production pour répondre aux nouveaux besoins ».

« L’apprentissage est un passeport pour l’emploi ! »

Il s’est ensuite dirigé au centre de formation des apprentis du Jura de Gevingey près de Lons, où il a échangé longuement avec les apprentis, afin de les encourager dans leurs études. Ainsi, nos jeunes jurassiens ont pu présenter avec fierté et enthousiasme leur maîtrise des savoir faire et leur projet professionnel au Chef du Gouvernement !
Comme Jean Castex l’a observé : « L’apprentissage est la clé de la réussite, un véritable passeport pour l’emploi ! ».
« Les chiffres confirment cette tendance positive puisque le Jura compte aujourd’hui 3800 apprentis. Un record absolu ! » souligne quant à elle, la députée Danielle Brulebois.

Objectif relocation

Enfin, Jean Castex s’en est allé visiter le site de production de l’entreprise Smoby d’Arinthod (premier fabricant de jouets de France). L’entreprise a bénéficié du plan de relance pour 860 000 €, ce qui a permis des investissements matériels importants et la relocalisation de la production jusqu’alors réalisée en Chine. Il est prévu ainsi une extension du site d’Arinthod de 30 000 m2 à 50 000 m2. L’entreprise emploie actuellement 350 salariés, et une quarantaine d’embauches supplémentaires est prévue.
Ainsi Made in France, formation et apprentissage, relocalisations ont été les trois axes forts de cette journée pour le chef du gouvernement.
Des thématiques probablement exploitées par ailleurs, afin d’alimenter le programme et de défendre le bilan du candidat Macron… Stratégie de bonne guerre dans le jeu politique.