Jura. L’Invité de la semaine : Eric Coulon

Il vient de faire paraître un nouvel ouvrage « Sur les pas des grands hommes de Franche-Comté ». L’auteur s’intéresse depuis toujours à l’histoire singulière de la région et à ceux qui la font.

0
687

Vous êtes attaché à la Franche-Comté. Pourquoi ?

Je suis issu d’une vieille famille franc-comtoise, je suis né à Mandeure et je j’ai grandi à Audincourt. Je me suis intéressé très tôt à son histoire très singulière et ses grands hommes. C’est aussi la région où j’ai étudié, commencé à travailler et où j’ai rencontré mon épouse. J’y suis plus encore attaché depuis que j’ai dû la quitter pour raisons professionnelles. Et j’y ai encore toute ma famille.

Notre région maintenant est la Bourgogne/Franche-Comté. Pourquoi ne pas avoir choisi ce territoire dans sa globalité ?

D’une part, je connais beaucoup mieux la Franche-Comté et d’autre part je n’éprouve pas la même passion pour cette région même si ma mère était bourguignonne, originaire de la Côte-d’Or.

Vous n’en êtes pas à votre premier ouvrage sur la Franche-Comté. Pouvez-vous présenter les autres à nos lecteurs qui ne les connaîtraient pas ?

Ce livre est mon 15e ouvrage. Les précédents évoquent le patrimoine de nos bourgs et villages, d’une région comme le Pays de Montbéliard, l’histoire d’une cité gallo-romaine (la Mandeure antique) ou des forges d’Audincourt, sans oublier les grands hommes, mon précédent ouvrage étant un dictionnaire des inventeurs et savants en terre de Franche-Comté.

Vous en avez écrit un juste sur le Jura. Un mot juste pour le plaisir des chauvins ?

Paradis naturel, le Jura compte de véritables joyaux architecturaux, des villes d’art et des villages dans un cadre grandiose (Baume-les-Messieurs et Château-Chalon) sans oublier ses grands hommes. Mes grands-parents maternels habitaient Morez où ma mère est allée à l’école (ayant perdu sa mère très tôt). J’y allais enfant.

Pourquoi avoir choisi cette fois d’évoquer les demeures des grands hommes ?

Après mon précédent ouvrage, un dictionnaire, j’ai réfléchi à un livre plus dynamique, qui emmène le lecteur avec moi. Un parcours géographique s’est tout de suite imposé et les maisons des grands hommes représentaient un bon point d’ancrage, ce qui m’a permis d’associer demeures et personnages.

Quelle est celle qui vous a le plus passionné ?

J’ai toujours beaucoup de mal à répondre à ce type de questions car toutes m’intéressent et me plaisent. Pour des raisons affectives et familiales, je dirais le château de Belvoir.

Dans le Jura, l’histoire qui nous semble la moins connue est celle d’un château d’un Compagnon de la Libération. Quelques infos pour donner envie à nos lecteurs d’en savoir plus ?

Un magnifique château qui domine un parc anglais aux essences rares, des propriétaires illustres (Bachlu, Chifflet et la famille d’Aligny). Il a vu naître François de Menthon, l’une des grandes figures de la Résistance lyonnaise et fondateur du mouvement Combat.

Des dédicaces prévues ?

Une seule à la FNAC de Belfort le 17 février dernier. Mes prochains mois s’annoncent médicaux avec deux interventions de prévues pour des motifs différents qui s’ajoutent à une affection chronique et à un lourd bilan de santé.

De nouveaux projets ?

Oui, je viens de finaliser un ouvrage et d’être approché pour l’écriture d’une collection. J’attends la formalisation de ces projets, qui ne saurait tarder, pour en parler davantage.

Eric Coulon, « Sur les pas des grands hommes de Franche-Comté, Les éditions du Lion. 20 €.