Interprofessionnalité : bienvenue dans le conseil 3.0 par Loïc Torandell

0
1221
AI technology microchip background vector digital transformation concept

Quel est le point commun entre l’intelligence artificielle, une brillante thèse en médecine présentée en 2021 et une conférence des étudiants en droit notarial de l’Université de Lyon III en 2018 ? Aucun me direz-vous, et cela n’a rien à faire dans une chronique économique. Et pourtant, tous ont en commun de traiter d’un sujet qui va bouleverser la relation des clients comme des patients : l’interprofessionnalité.

Le besoin de travailler ensemble en bonne intelligence, paraît évident entre un chirurgien, ses équipes du bloc opératoire, le kinésithérapeute en charge de la rééducation, le pharmacien qui devra fournir le traitement médical. Le succès des « maisons médicales » tient autant au besoin de faire face aux déserts médicaux et au manque de médecins qu’à la nécessité de coordonner les différents acteurs du soin pour la prise en charge du patient la plus efficace et la plus confortable possible. Deux outils sont utilisés : l’intelligence artificielle par le croisement des données (dossier médical, antécédents, allergies, traitements…) et l’interprofessionnalité.

Ce thème est le sujet d’une brillante thèse de médecine de 2021 tenue pour le diplôme d’Etat de Docteur en médecine spécialité Médecine Générale intitulée « Evaluation des compétences en interprofessionnalité des étudiants en santé » de l’Université de Grenoble Alpes UGA (dumas.ccsd.cnrs.fr). Selon son auteur : « La collaboration entre professionnels de santé évolue pour répondre à la complexité des prises en charge et au besoin de coordination et de fluidification des parcours de soins. Le passage de la pluriprofessionnalité à l’interprofessionnalité implique un apprentissage ». Ce thème fera l’objet d’un cursus de formation et d’analyse approfondie auprès des étudiants.

Alors qu’ils sont à des années lumière du bistouri, des pansements et des soins de santé, les professionnels du chiffre et du droit ont réfléchi exactement au même sujet dès 2018 à l’occasion d’une conférence des étudiants en droit notarial de l’Université Lyon III qui réunissaient avocats, notaires et experts comptables. Les questions étaient les mêmes : enjeux pour la profession, place de l’interprofessionnalité, travail en commun, modernisation des pratiques et… intelligence artificielle. Beaucoup ont franchi le pas en proposant désormais des projets collectifs. Mais le souhait de la modernisation des process est encore limité par la peur d’être remplacé par des machines.

Ce qui va différencier les deux groupes d’études, entre d’un côté le corps médical et les professions du conseil, c’est l’approche qu’ils ont initialement du problème (ou de la solution ?) de l’intelligence artificielle (I.A.). Alors que les médecins le voient plutôt comme la solution, les professionnels du chiffre et du droit l’appréhendent parfois encore comme une menace.

L’histoire a démontré que c’est toujours une erreur de considérer le progrès technologique comme une menace (de disparition) et non comme une opportunité de démontrer sa valeur ajoutée et alléger les tâches administratives pour consacrer plus de temps à l’analyse technique et à son client. C’est la position affichée par Maitre Sylvie Ferré André, notaire, agrégée des facultés de droit, et en charge de la direction du Master de droit notarial et du DSN de la faculté Jean MOULIN LYON III, qui promeut « l’utilisation des logiciels intelligents, fleurissant dans le paysage juridique contemporain, mais aussi d’autres technologies telle la blockchain. Le tout, dans une tendance visant à libérer les professionnels des formalités et autres tâches répétitives, qui prennent la majorité du temps de traitement des dossiers ». Finalement, l’interprofessionnalité et la technologie par l’utilisation « intelligente » de l’IA seraient la solution à la menace de disparition. Terminator n’est pas encore là.

Ce qui est certain, c’est que le monde change et qu’il faudra s’adapter. Si c’est pour le bien du patient ou du client, c’est tant mieux !

Le coin de l’expert : quelles sont les 3 évolutions majeures permises par l’IA, la blockchain et le conseil 3.0 ?
– Signature électronique : la sécurisation des process a permis de signer à distance et protéger la planète en limitant le papier, vous pourrez acheter votre appartement sans imprimer les 120 pages de diagnostics,
– Visio conférence : il ne faut pas en abuser mais il faut bien reconnaître que nous étions tous contents de continuer le travail en 2020 depuis chez nous (sauf les devoirs à la maison)… à consommer avec modération
– Agrégation : c’est l’équivalent financier de votre dossier médical ; avoir l’ensemble des pièces dans un drive virtuel, ses comptes, ses placements sur une application est désormais possible, attention à ne pas perdre votre téléphone !