Économie. Intelligence artificielle : la France a peur !

Un tiers des Français croient au contrôle de l’Humanité par les machines.

0
366

Fin 2022, la mise à disposition grand public de ChatGPT, le robot conversationnel d’Open AI, a créé la sensation dans le monde entier et suscité de multiples débats sur les conséquences liées à l’utilisation de ce type d’intelligences artificielles particulièrement performantes.
Comme le montrent les résultats de l’étude menée par l’IFOP à la demande du spécialiste des formations en ligne Learnthings.fr et de l’agence spécialisée en data Flashs, si les Français sont globalement indifférents ou inquiets vis-à-vis de l’intelligence artificielle, nombre d’entre eux estiment qu’elle sera un jour capable d’agir comme les
humains, voire de diriger l’Humanité…

La disparition redoutée de millions d’emplois

« Parmi les inquiétudes les plus souvent abordées lorsqu’on l’évoque ces derniers mois, l’IA figure la disparition redoutée de millions d’emplois susceptibles d’être dans l’avenir occupés par des robots aussi infatigables que précis.
L’étude confirme que ces craintes sont bel et bien partagées par les salariés dans notre pays. Encore peu nombreux à utiliser – fréquemment en cachette de leur hiérarchie – des outils du type ChatGPT, ils anticipent majoritairement l’impact négatif qu’aura l’IA dans leur sphère professionnelle » précise Léa Paolacci, Responsable d’étude.

En cachette au travail

Encore très minoritaire, l’utilisation d’outils comme ChatGPT progresse dans le monde professionnel. En effet, 22% (contre 14% il y a cinq ans) des salariés interrogés indiquent en avoir déjà fait usage au travail. Un usage que 55% d’entre eux effectuent sans en informer leur hiérarchie.
Pour l’heure, l’IA ne semble pas au cœur des préoccupations des entreprises : 10% des salariés seulement y ont été formés et 27% souhaiteraient l’être.
Mais 63% des salariés disent qu’ils ne veulent pas être formés à l’intelligence artificielle dans une optique professionnelle.

Des conséquences qui inquiètent 7 salariés sur 10 !

Les résultats de cette enquête montrent également que les bénéfices supposés de l’intelligence artificielle convainquent de moins en moins les salariés quand, dans le même temps, ses conséquences les inquiètent majoritairement.
Ainsi, 29% d’entre eux estiment que l’IA améliorera leurs performances au travail contre 46% en 2018, et 35% y voient un atout pour leur bien-être (ils étaient 41% à le dire il y a 6 ans).
Par ailleurs, près de 7 salariés sur 10 (68%) expriment des craintes vis-à-vis de l’IA, notamment en matière d’emploi (56% y voient un danger).
D’ailleurs, 4 salariés sur 10 jugent qu’une IA pourra à terme effectuer l’essentiel de leur travail, 27% estimant même que ce transfert s’opérera dans les 10 prochaines années.
D’ici là… de l’eau aura coulé sous les ponts.

Les chiffres clés

35% des Français pensent que l’intelligence artificielle dominera un jour l’Humanité ;
51% sont inquiets, 35% indifférents vis-à-vis de l’IA, 14% seulement se disent enthousiastes ;
55% des salariés qui ont utilisé l’IA au travail l’ont fait en cachette de leur hiérarchie ;
63% des salariés ne souhaitent pas être formés à l’intelligence artificielle ;
68% anticipent des conséquences négatives de l’IA pour leur entreprise ;
4 salariés sur 10 jugent qu’une IA pourra à terme effectuer l’essentiel de leur travail, 27% estimant même que ce transfert s’opérera dans les 10 prochaines années.

Source :
Étude réalisée par l’IFOP pour Learnthings du 21 décembre 2023 au 3 janvier 2024 par questionnaire autoadministré auprès d’un échantillon de 1 911 personnes (dont 952 salariés), représentatif de la population française.