Incendies : les enseignements de l’été dernier portent déjà leurs fruits

La préfète de la zone de défense et de sécurité est vient de présenter le rôle d’appui et de coordination à son échelon. Un rôle qui a déjà démontré tout son intérêt avec le premier feu de forêt dans les Vosges. De quoi rassurer ?

0
4911
L'été dernier, le Jura et les Vosges ont été particulièrement impactés par des feux de forêt.

Ce n’est pas un échelon administratif très connu de son aveu même. La préfète de la zone de défense et de sécurité est, Josiane Chevalier, vient d’organiser une réunion consacrée à la préparation de la saison feux de forêt. « Notre rôle est essentiel en cas de crise. Nous fournissons des moyens aux départements qui ont des incendies. »
Un retour d’expérience a été réalisé à la fin de l’été dernier pour tirer les conséquences de ce qu’ont subi le Jura et les Vosges. Pour la première fois, la zone a dû avoir recours à des moyens aériens.
« La saison feux de forêt 2023 a déjà commencé de manière forte et conséquente avec un feu dans les Vosges. La saison promet d’être intense », s’inquiète la préfète.
Qui fait aussi le constat que les enseignements tirés en termes de formation, d’équipements et de montée en puissance des renforts aussi bien humains qu’aériens ont porté leurs fruits. En un an, des formations théoriques, des manœuvres en forêt, ont été réalisées. 500 pompiers et 7 colonnes supplémentaires mises en place au niveau national. Le potentiel des moyens aériens a également été revu à la hausse.

Lons, base avancée

« Tous les moyens aériens sont coordonnés au niveau national. Il n’y a aucune affectation permanente en zone est, explique le colonel Sacha Demierre, chef de l’Etat-major interministériel zonal. Le centre national de coordination avancé de la sécurité civile décide pour les engagements immédiats sur demande du COZ (Centre opérationnel de zone) ; pour des pré-positionnements temporaires en cas de risques sévères à l’occasion d’une visioconférence quotidienne d’arbitrage national avec les 7 COZ. « En cas de pré-positionnements temporaires validés par le CNCASC, le ou les HBE sont envoyés sur des bases avancées ». Pour la zone est, il s’agit du pélicandrome d’Epinal-Mirecourt (88) et de l’aérodrome de Lons.
« Il faut vraiment expliquer comment on se prépare à ce nouveau risque, qui est très technique, conclut la préfète. Une sortie de pompiers, ce n’est jamais anodin, ils prennent beaucoup de risques ! »


Très sollicités aussi avec les orages

 

« L’été dernier, nous avons été très sollicités avec les feux d’incendie et les orages. Ces derniers ont suscité des situations compliquées en Saône-et-Loire, dans la Nièvre et le Doubs. Nous constituons des colonnes d’appui pour lutter contre les incendies, des capacités de recherche de personnes disparues ou de bâchage pour les phénomènes d’orages violents », a également précisé la préfète de la zone de défense et de sécurité est, Josiane Chevalier.

En un an, des formations théoriques, des manœuvres en forêt, ont été réalisées pour se préparer à lutter contre d’éventuels incendies cet été.