Ils évaluent les besoins de nos pompiers

Après les mégafeux de l’été, André Accary et Jean-Luc Gleyze multiplient les rencontres sur le terrain pour la mission flash de l’Assemblée des Départements de France. Ils sont d’abord venus dans le Jura.

0
68
André Accary et Jean-Luc Gleyze ont été reçus par Clément Pernot.

Après un été marqué de façon inédite par la sécheresse, les canicules et les multiples feux de forêts dans l’ensemble du territoire national, André Accary, président du Département de Saône-et-Loire et président de la commission SDIS de l’Assemblée des Départements de France, et Jean-Luc Gleyze, président du Département de la Gironde, ont été désignés par François Sauvadet, président de l’ADF, pour piloter ensemble une mission flash dont les conclusions seront rendues lors du Congrès annuel des sapeurs-pompiers de France du 21 au 24 septembre à Nancy.
C’est dans le Jura, accueillis par le président du Département Clément Pernot, que s’est déroulé le premier rendez-vous de terrain de cette mission flash. « L’objectif de notre mission, confiait sur place le président Accary, est d’échanger avec les différents interlocuteurs mobilisés pour ces incendies, et sur les mégafeux en particulier, afin d’évaluer les besoins des sapeurs-pompiers pour lutter contre ces nouveaux phénomènes d’ampleur et trouver des pistes pour y remédier. Clément Pernot nous a proposé une première rencontre de terrain dans le Jura, où 1000 hectares ont brûlé cet été, avec différents acteurs engagés pour faire face à cette situation catastrophique : les pompiers en premier lieu, mais aussi les maires, les élus locaux, la Préfecture, les agriculteurs, etc., la mobilisation a été intense. Je veux d’ailleurs saluer la grande implication de tous, et en particulier, l’engagement des agriculteurs qui doit d’ailleurs nous faire réfléchir sur le rôle qu’ils peuvent avoir dans de telles circonstances. »

La question du financement

Le retour d’expérience partagé au centre de secours d’Arinthod a permis de faire le point sur les modalités d’interventions mises en place, d’exposer ce qui a fonctionné, ce qui a manqué, et les pistes d’amélioration à travailler. Les questions de prévention, d’organisation du système d’intervention et de financement des Services départementaux d’incendie et de secours (Sdis) doivent faire l’objet d’une réflexion au niveau national, par l’intermédiaire des Départements de France et de la commission Sdis présidée par André Accary puisque près de 60 % de leur financement émane des Départements (le reste par les communes et EPCI). « Cet été, poursuit le président, les renforts ont été au rendez-vous, venant de toute la France chaque fois que cela était nécessaire. Nous devons faire un point sur les moyens humains et matériels, la nécessité de revaloriser le volontariat, de trouver des solutions pour redynamiser la disponibilité humaine qui s’étiole année après année, mais aussi réfléchir aux modes d’intervention, aériens, qui sont plus efficaces, dans certains cas, que les terrestres. »

REACTION
Clément Pernot, président du Sdis du Jura : « Nous avions anticipé ces problèmes de sécheresse car nous avions investi dans six camions adaptés pour les feux de forêt il y a deux ans et nous avions engagé des formations pour ce type d’incendies. Nous avons été pris au dépourvu par l’ampleur de ces feux qui ne pouvaient être réglés localement et qui ont nécessité des interventions des sapeurs-pompiers des départements voisins, des Canadairs… Du jamais vu dans le Jura ! Aujourd’hui, aucun Département ne peut régler cela seul. Je crois surtout que les feux de forêt ne doivent pas cacher la problématique des casernes avec le nombre des secours à personnes qui se multiplie. Il nous faut apporter des réponses structurantes pour que nous puissions répondre aux appels de la population, et notamment pendant la journée. Nous réfléchissons à un plan de recrutement de plus de professionnels, qui est discuté en Casdis. Cela suppose une refonte du financement du Sdis, où l’Etat devra assumer ses responsabilités. »