L’invitée de la semaine : Ilona Puget

Elle est la nouvelle attachée de direction des Thermes de Lons-le-Saunier. Un véritable challenge avec une vingtaine de personnes à manager et encore de gros projets à mener à leur terme.

0
285

Ilona, quel est votre parcours professionnel ?
J’ai obtenu un master 2 de gestion des organisations de santé en 2020 à Dijon. Je l’ai fait en alternance dans un Ehpad pendant six mois en pleine Covid. Le groupe étant satisfait de mon travail m’a proposé un poste d’adjointe de direction auprès de trente résidents atteints d’Alzheimer pendant un congé maternité d’un an. J’aime dire que j’ai pris trois ans d’expérience en un !
Je cherchais un CDI d’un an à Lons-le-Saunier pour être proche de mon conjoint qui travaille dans une étude notariale. J’ai été recrutée comme directrice adjointe d’une résidence seniors à Chalon-sur-Saône. Peu de temps après, j’ai reçu l’offre d’emploi d’attachée de direction aux Thermes. J’ai eu un très bon contact avec la directrice et le directeur des ressources humaines du groupe. La promesse d’embauche a suivi.
Aujourd’hui, je suis attachée de direction aux Thermes de Lons et en janvier, je deviendrai responsable d’exploitation.

Pourquoi avoir postulé ?
Mon objectif de base était la gestion d’un établissement lié à l’accompagnement de personnes. Pourquoi pas les Thermes puisqu’il y a l’aspect soins / bien-être. Et cela répondait aussi à mes attentes personnelles.

Quels sont les atouts des Thermes ?
Son cadre. C’est un monument historique classé donnant sur un parc magnifique. La notoriété de la structure. La clientèle très locale et fidèle depuis des années qui suit de près avec nous l’évolution de la station avec ses atouts et ses problématiques. La qualité des soins proposés avec un éventail de choix attractifs, des offres régulières, autant côté spa que côté cure. Le professionnalisme des salariés et leurs compétences. Les récentes rénovations.

Que souhaitez-vous apporter à l’établissement ?
La directrice, Laura Landry, a fait beaucoup de choses. Je souhaite maintenir la dynamique, les partenariats, poursuivre le lien avec les clients, le renforcer, faire des Thermes un vrai lieu d’attractivité pour les locaux et les touristes, aller plus loin avec ces derniers.

Vous allez gérer le programme de rénovation des installations techniques et du réseau thermal. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Les travaux de rénovation ont commencé depuis 2019. La prochaine étape est la rénovation des réseaux d’eau thermale dans les sous-sols de l’établissement. Dès la fermeture des cures début décembre, nous allons reprendre tous les réseaux de tuyauterie, l’étanchéité, la partie chauffage et les bâches de nos deux sources d’eau (Lédonia + Naparix). L’objectif est de reprendre une saison thermale 2022 normale à partir d’avril et surtout ne pas impacter nos curistes. Nous avons un timing assez serré, mais il faut que cela marche. Beaucoup sous-estiment la complexité des réseaux dans les stations. Un ingénieur technique au niveau du groupe prend le relais sur cet aspect et je tiens à souligner l’implication des deux responsables techniques de la station.
Fin 2022, nous reprendrons la rénovation de l’autre partie du réseau. Ce sont des travaux longs, mais essentiels pour la pérennité de la station et son développement.

Laura Landry a annoncé, en avril 2022, le lancement de l’étude phlébologie pour l’obtention de la double orientation. De quoi retourne-t-il ?

Nous lancerons effectivement une étude phlébologique avec l’appui du médecin du groupe et un organisme partenaire. Étude qui durera 24 mois environ, qui consiste à étudier les effets de notre eau thermale sur les pathologies phlébites. Nous assurerons le suivi avec les médecins sur la station. L’objectif est de pouvoir proposer la double orientation à nos curistes, en plus de la rhumato. Elle permettra d’offrir plus de soins à nos curistes qui en aurait besoin et peut être toucher de nouveaux curistes »