Il y a 130 ans dans le Jura… vol et casquette

0
282

Semaine du 17 au 23 janvier

Dans la nuit du 17 au 18 janvier 1892, après avoir escaladé un mur, deux voleurs s’introduisirent dans le grenier de l’habitation d’Antoine Collet, un habitant de Montbarrey. Petite commune d’environ 400 habitants à la fin du XIXe siècle, Montbarrey est située à une vingtaine de kilomètres de Dole et d’Arbois.

Vers minuit, Antoine Collet qui était cultivateur, fut brusquement tiré de son sommeil par des bruits provoqués par les malfrats. D’après l’article du 23 janvier 1892 publié dans Le Petit Comtois, « Au même instant, le fils Collet, entendant du bruit au grenier, s’arma d’un fusil et alla droit au voleur soupçonné ». Dans l’édition du 26 janvier, il est noté que ce fut Antoine Collet qui « réveillé dans la nuit du 18 par un bruit insolite dans son grenier, s’arma de son fusil et alla résolument à la découverte ».

Quoi qu’il en soit, l’un des habitants de la maison se rendit au grenier pour chasser les individus. Après avoir demandé de se faire connaître, M. Collet tira sur les voleurs. Il ne réussit néanmoins pas à les atteindre. Alors, les deux hommes cachés dans le grenier en profitèrent et « au risque de se briser les reins, ils se sauvèrent par une lucarne ». Ils sautèrent plusieurs mètres et fuirent ensuite.

Mais les hommes furent toutefois reconnus par M. Collet. Ils habitaient à Ounans, un village voisin. Dans leur maladresse, ces intrus laissèrent tomber une casquette dans le grenier, ce qui permit de les arrêter. Être confondu par une casquette perdue au cours d’une nuit de janvier, voilà une histoire atypique et étonnante, quoique…

 

Le Petit Comtois, 23 janvier 1892, numéro 3086, page 3. & Le Petit Comtois, 26 janvier 1892, numéro 3089, page 2.